Libéralisation de l’électricité : EDF traîne les pieds

EDF se fait encore tirer les oreilles par Bruxelles. Obligé par les directives européennes à céder petit à petit des parts dans son monopole, le numéro 1 français de l’électricité continue à jouer la montre. Le groupe dirigé par Henri Proglio vient ainsi de l’échapper belle en évitant une amende qui aurait pu avoisiner les 7 milliards d’euros. En cause, la mauvaise volonté de l’opérateur qui profitait de ses contrats pour empêcher ses gros clients (ceux dont la consommation excède 7 gigawatts-heures) d’aller voir ailleurs…rnrnGages de bonne conduite…rnrnPrise par la patrouille, EDF doit donc lâcher du lest. Ainsi, ses gros clients industriels auront désormais plus de marge de manœuvre pour choisir leur fournisseur d’électricité. La durée maximale de contrats les liants à EDF est aujourd’hui limitée à 5 ans contre 7 auparavant et ils disposeront également de l’option de recourir à un autre prestataire pour certains de leurs besoins. Ils auront également plus de latitude pour revendre le courant qui leur est fournirnrnEDF s’est en outre engagée à ouvrir 65 % du volume d’électricité qu’elle fournit actuellement à ses concurrents. Pire, elle devra également leur vendre à un prix compétitif près du tiers de l’électricité d’origine nucléaire qu’elle produit, soit la bagatelle de 120 térawatts heures. Et ici pas question d’y aller avec le dos de la cuillère. Des rapports annuels sur le bon suivi de ces consignes devront ainsi être remis à la Commision de régulation de l’énergie ainsi qu’au commissaire européen chargé de la concurrence, Joaquin Almunia.rnrnLa bataille fait ragernrnLe marché français représente un enjeu de taille, surtout sur le secteur des particuliers où EDF continue de dominer outrageusement la concurrence avec près de 95 % de parts de marché. Pour mettre fin à ce monopole de fait, il est prévu que les concurrents d’EDF disposent dans le futur de plus grandes possibilités de produire de l’électricité sur le territoire français, notamment au travers du rachat des concessions des barrages hydroélectriques. La plupart des concurrents d’EDF (GDF Suez, Direct Énergie, E.ON) sont déjà sur les rangs…

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

David Hatwell

Expert en NTIC, je vous donne 1000 et une astuces pour faire un maximum d'économies sur vos différents abonnements. Suivez toute l'actualité sur Optissima.com !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.