Travail du dimanche : des pratiques différentes selon les pays et les traditions

travail-dimanche-europeAlors que les débats sur le travail du dimanche viennent de s’achever à l’Assemblée nationale, l’occasion est idéale pour effectuer un tour d’horizon rapide des politiques appliquées par les autres pays. Histoire d’avoir un peu de recul sur la position de la France par rapport à cette question ô combien épineuse sur l’emploi.nnnnEn République Tchèque, Suède ainsi qu’au Royaume-Uni par exemple, la législation est très libérale et ne prévoit aucune restriction sauf en Angleterre où les grands magasins (ceux dont la surface dépasse les 280 m2) ne peuvent ouvrir que durant 6 heures le dimanche. À l’autre extrême se trouve l’Autriche qui ne tolère aucun travail dominical. Et tant pis pour les soldes ou les fêtes de fin d’année. !nnLa plupart des autres pays européens ne sont pas aussi radicaux et tendent à privilégier le compromis. La Belgique autorise ainsi jusqu’à 6 dimanches ouverts par an (dont trois assujettis à la signature d’une convention collective). Les centres touristiques et les stations balnéaires bénéficient cependant de dispositions plus clémentes et peuvent ouvrir tous les dimanches du 1er mai au 30 septembre avec en sus 13 autres dimanches pour des festivités spéciales et bien sûr les fêtes de Noël et de Pâques.nnLa très catholique Espagne permet aux petits commerces de travailler tous les dimanches de l’année. Les grands magasins, eux, sont assujettis aux directives des autorités régionales et ces dernières peuvent varier beaucoup. Les commerces madrilènes ont ainsi la possibilité d’ouvrir jour et nuit en semaine et de midi à vingt heures le dimanche. À Barcelone en revanche, le travail du dimanche est beaucoup plus réglementé et restreint à huit dimanche par an sauf pour les petits commerces de proximité (boulangeries, presse, fleuristes).nnUne situation assez similaire à celle d’outre-Rhin où le dimanche (et plus généralement le week-end dans les petites agglomérations) est presque systématiquement chômé sauf dans certaines grandes villes. Berlin par exemple accorde dix dimanches ouverts par an aux grands magasins, dont quatre obligatoires, durant les fêtes de fin d’année. Et encore, les églises protestante et catholique viennent d’intenter une action en justice pour interdire définitivement tout travail dominical.nnParadoxalement, en Italie, où le catholicisme joue un rôle de premier plan, il est possible d’ouvrir le dimanche durant dix mois de l’année pour les petits commerces et seize dimanches par an pour les grands magasins.nnEnfin, aux État-Unis, où le shopping demeure une véritable institution, le travail du dimanche est réglementé différemment par chaque état, bien que la majorité le tolère désormais.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Khadidiatou Diallo

Chef de Produit pour Kredity.com, je vous informe sur l'actualité du Crédit et je vous donne tous les bons plans du marché. N'hésitez pas, posez vos questions ou commentez mes articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.