Les paris, en ligne : enfin légalisés

Les paris en ligne enfin légalisésSuite à différentes tractations, les parlementaires se sont enfin pliés en donnant leur feu vert à la loi relative à la légalisation des paris en ligne le 6 avril 2010. Cette décision tente de satisfaire la demande des différents acteurs œuvrant dans ce secteur. Depuis plusieurs années, ces derniers n’ont cessé de solliciter l’ouverture légale de leurs sites de paris en ligne dans le territoire français. Il faut noter que le public français n’a pas attendu cette légalisation pour s’adonner aux jeux en ligne.nnParis en ligne, la concurrence gagne du terrainnnCette législation des paris en ligne prévoit la mise en place d’une autorité de commission pour la régulation des jeux en ligne. Baptisée Arjel, celle-ci a pour principale attribution la délivrance des certificats permettant aux opérateurs d’exercer leur entreprise conformément à la loi en vigueur. Un tel système marquera une véritable ouverture du marché français aux grandes figures des jeux en ligne comme Betclic, Bwin, Mangas Gaming ou encore Unibet. Ces enseignes viendront agrandir le rang des deux opérateurs oeuvrant légalement dans l’Hexagone: la Française des Jeux et PMU. Une bonne rivalité en perspective !nnVers un encadrement des paris en lignennSelon la loi, les jeux d’argent ne peuvent être assimilés aux commerces, ni aux offres de services ordinaires. Afin d’éviter les dérapages et assurer une égalité de chance entre les différents opérateurs, l’État entend mettre en place un dispositif de contrôle des offres et des exploitations existantes. Cette législation permet ainsi de protéger les mineurs de la tentation des paris en ligne ainsi que d’interdire la pratique aux joueurs pathologiques. Parallèlement, ce système de contrôle freinera le blanchiment d’argent ainsi que les autres pratiques frauduleuses.nnLes jeux en ligne représentent un véritable filon pour l’État. Encore au début de cette année, seules deux sociétés ont été autorisées à lancer des paris en ligne pour le public français. Cette restriction ne semble pas inquiéter les Français qui n’ont pas hésité à réaliser des paris illicites sur des sites à l’étranger. La statistique parle d’elle-même, la transaction effectuée sur les paris dans la métropole atteint la bagatelle de 3,5 milliards d’euros en un an. Seul, un tiers de cette recette passe par les opérateurs cités ci-dessus. Les impôts prélevés sur cette politique d’ouverture apporteront à l’État un gain pouvant atteindre les 100 millions d’euros.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.