Le financement du déficit public par les particuliers

Le financement du déficit public par les particuliersDe nombreux États tirent la sonnette d’alarme sur le problème de déficit budgétaire. Tel est par exemple le cas de la Grèce si l’on se réfère aux pays européens. Pour remédier à cette situation, les gouvernements n’hésitent pas à solliciter la générosité des particuliers. C’est un peu le monde à l’envers ! Mais il s’avère que c’est un système qui marche et que de nombreux citoyens n’hésitent pas à jouer le jeu et à débourser des sous pour financer les dettes publiques. Même si elle est courante ailleurs, cette option n’est pas encore très populaire en France.nnFinancement du déficit public par les particuliers, une solution performantennLes particuliers désirant participer au financement des dettes publiques de leur pays ne rencontrent aucune difficulté dans les différents États du monde. L’avancée de l’Internet permet d’ailleurs de faciliter les démarches et de réduire voire supprimer les longues procédures administratives. Pour les Américains, une carte bleue et une liaison Internet suffisent au particulier pour soutenir le désendettement de l’État !nnAvec ce système, il suffit pour le généreux donateur de consulter le site du gouvernement Pay.gov et d’ouvrir la rubrique TreasuryDirect. Comme son nom l’indique, cette pratique permet de financer directement l’État. Aucune restriction ne s’impose, le particulier peut verser la somme qu’il veut. Un système similaire a été adopté par le Royaume-Uni. Cette fois-ci le versement ne se fait pas via Internet, mais tout de suite en liquide. Dans tous les cas, le dispositif s’est montré efficace. Si les Américains ont pu amasser jusqu’à 3 millions de dollars avec ce système, le Royaume-Uni quant à lui a épargné la bagatelle de 1,8 million de livres en 2008 !nnUne option peu développée en FrancennSi une carte de crédit ou un paiement en liquide permet de financer les dettes publiques de l’État dans certains pays, tel n’est pas le cas en Métropole. Seul un arrêté ministériel peut accepter la donation en faveur de l’État. La cause ? Ce genre de don est régi par la législation en vigueur et suit le mode de fonctionnement de « la libéralité en faveur de l’État ».nnMalgré sa générosité, le particulier doit suivre un vrai dédale de procédures avant d’aboutir au financement de l’État proprement dit. Cela commence par l’établissement d’un acte auprès d’un notaire, suivi ensuite de la déposition de ce dossier auprès du ministère du Budget. Après la sortie de l’arrêté ministériel confirmant la réception du don, le donateur et un représentant de l’État signeront un acte complémentaire figurant dans les annales. Heureusement que ce système n’a pas réussi à décourager tous les citoyens ! Il y en a quand même qui réussissent à passer entre les filets et qui arrivent à apporter leur contribution au financement de nos dettes publiques !

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.