Déficit de la « Sécu » : les arrêts maladie sous haute surveillance

À mesure que le déficit de la Sécu se creuse, le gouvernement renforce son dispositif de lutte contre les abus. Premiers au banc des accusés : les arrêts maladie un peu trop généreux qui coûtent énormément d’argent à la communauté. L’État français a donc décidé de frapper et de frapper fort.rnDes opérations « coups de poing »seront ainsi menées contre les médecins un peu trop « complaisants » en matière d’attribution d’arrêts maladies. Dès 2010, la Sécurité Sociale pourra prendre sur elle, sur tout le territoire français, d’envoyer un médecin au domicile des employés malades sur tout. Libre à celui-ci de se prononcer pour l’annulation des indemnités journalières s’il constate qu’en fait le salarié est en état de travailler. Ceux qui se sont fait de l’argent sur le dos de la Sécu n’ont qu’à bien se tenir.rnrnLa chasse aux sorcières aura lieu aussi dans le milieu hospitalier. Après les abus sur les arrêts maladies, ce sont en effet les transports d’ordre sanitaire qui contribuent le plus à approfondir le déficit.  Les services de contrôle auraient d’ores et déjà établi une liste des 200 établissements qui utilisent le plus ce dispositif coûteux.rnrnL’État est cependant décidé à aller plus loin encore en encourageant les médecins à économiser plus, notamment au niveau des prescriptions. Les volontaires recevraient donc une prime (oui, de l’argent en espèces sonnantes et trébuchantes !) s’ils arrivent à atteindre certains objectifs en matière de restriction et d’austérité. Attirer plus de 5 000 professionnels dans cet engagement, c’est le but avoué de Roselyne Bachelot.rnrnUn grand « re-engineering » des hôpitaux qui dépensent le plus et ont le plus de mal à survivre serait aussi en préparation.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean De Villele

Expert dans le domaine de l'Assurance, je vous propose régulièrement l'actualité et toutes les astuces pour faire un maximum d'économies mais sans jamais négliger la qualité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.