S’assurer contre la perte d’autonomie : les astuces à suivre

Les seniors peuvent avoir du mal à rester indépendant à partir d’un certain âge. Effectuer certains actes de la vie quotidienne peut, en effet, se révéler difficile sans l’aide d’une tierce personne. Ce manque d’aptitude s’appelle couramment dépendance ou encore perte d’autonomie. Pour évaluer cet état, l’État a établi la grille AGGIR mesurant la capacité d’une personne à effectuer toute seule les actes quotidiens de la vie. Selon cette catégorisation, ceux qui souffrent d’une dépendance partielle sont classés entre GIR 3 et 4 tandis que ceux qui sont totalement dépendants se trouvent dans le classement entre GIR 1 et 2.rn

Autonomie des seniors, un cas à problème

rnCertes, la Sécurité sociale prend en charge les frais sanitaires des seniors, cependant elle met de côté deux points importants comme l’aide ménagère ou encore le portage de repas pour les personnes âgées. Or, bénéficier d’une telle aide n’est pas à la portée de toutes les bourses. D’après les données les plus récentes de la DGCCRF, l’aide d’une personne à domicile coûte environ entre 1800 et 2300 euros et peut franchir la barre des 4600 euros pour une présence 24h sur 24. Une telle dépense est tout à fait impensable pour les retraités avec leur pension mensuelle de 1000 euros maximums. Parallèlement, l’APA ou allocation personnalisée à l’autonomie ne couvre qu’une petite partie de cette dépense. En effet, si son montant déclaré est de 529 à 1235 euros, le gain du bénéficiaire environne en tout les 490 euros après déduction des participations à leur charge.rn

Comment mieux se couvrir en vue d’une perte d’autonomie

rnIl existe deux solutions pour vous permettre d’avoir une meilleure couverture en cas de perte d’autonomie : constituer une épargne importante en vue de votre dépendance ou encore de souscrire une assurance dépendance. Dans le premier cas, vous avez le choix entre une assurance vie classique et les différents produits d’épargne. D’autres alternatives existent comme les contrats d’assurance vie associés à une rente en cas de dépendance. Dans tous les cas, le principe est le même, vous épargnez pendant que vous êtes encore en activité. Les économies ainsi constituées assureront la couverture de vos frais en cas de dépendance. rnrnSi vous n’avez pas assez de revenus pour vous construire un tel bouclier contre la perte d’autonomie, sachez qu’il existe aussi l’assurance dépendance. Avec ce produit d’assurance, vous bénéficierez d’un versement d’une rente en cas de dépendance partielle ou totale. Dans ce type de contrat, plus vous êtes jeune, plus le montant de votre prime d’assurance est moins élevé. Le seul problème lors de cette souscription est son caractère à fonds perdu, c’est-à-dire que c’est l’assureur qui bénéficiera de toutes vos cotisations si les périodes de dépendances ne se produisent pas. D’autre part, le contrat de dépendance s’adresse seulement aux personnes n’ayant pas de lourds incidents médicaux.rnrn

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean De Villele

Expert dans le domaine de l'Assurance, je vous propose régulièrement l'actualité et toutes les astuces pour faire un maximum d'économies mais sans jamais négliger la qualité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.