Fiscalité des assurances-vie : la réforme fiscale confirmée.

C’est confirmé, dans sa quête inlassable d’argent pour renflouer les caisses étatiques le gouvernement vient de trouver une nouvelle cible : l’assurance-vie. Ce placement jusqu’alors plutôt épargné par les impôts pourrait prochainement voir sa fiscalité révisée à la hausse. Et pas qu’un peu ! Hé oui il fallait bien essayer de limiter quelque part le déficit abyssal du budget actuel…nnForcément, les pouvoirs publics doivent prendre l’argent là où il est et l’assurance-vie est un des réservoirs habituels de l’épargne des Français récoltant par exemple plus de 100 milliards d’euros en France l’année dernière. Un pactole des plus juteux pour le gouvernement qui, il est vrai, ne dispose pas non plus d’une infinité de solutions pour combler le trou de la Sécu (30 milliards d’euros l’année prochaine). Attention, pas question non plus de se servir à pleines poignées, seuls 15 % des contrats seront concernés par cette réforme, ceux en unités de comptes ou « multisupports ».nnCe produit, anciennement assujetti aux prélèvements sociaux de 12,1 % seulement en cas de dénouement avant terme et non en cas de décès de l’assuré, devrait voir ce privilège lui être retiré dans le projet de loi de finance de l’assurance sociale. À la clé : 270 millions d’euros, ce qui reste tout de même modeste par rapport au poids financier de l’assurance-vie. En effet, seuls 20 % des contrats en unités de compte sont liquidés avant le décès du titulaire.nnAttention, d’autres placements seront aussi visés par de nouveaux impôts destinés à rapporter de l’argent rapidement aux caisses étatiques. Certaines plus-values mobilières ainsi que les retraites chapeaux sont concernées.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean De Villele

Expert dans le domaine de l'Assurance, je vous propose régulièrement l'actualité et toutes les astuces pour faire un maximum d'économies mais sans jamais négliger la qualité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.