L’assurance-vie perd en popularité face aux fonds en euros

Après s’être remis des conséquences néfastes de la crise sur le pouvoir d’achat des ménages, l’assurance-vie doit à nouveau rivaliser avec un adversaire de taille, le Livret A. L’assurance-vie est en train de perdre de la vitesse. L’annonce de la hausse du taux de rémunération du Livret A ne favorise pas la collecte et tend à confirmer la baisse de croissance déjà enregistrée au mois d’avril.rnrnÀ quoi consiste l’assurance-vie ?rnrnL’assurance-vie est une assurance permettant à l’assuré de toucher un capital en cas de décès ou de survie. Il s’agit donc d’un contrat qui regroupe ces deux cas et qui est limité sur une durée déterminée à l’avance. Elle peut être assimilée à un produit d’épargne puisqu’elle jouit des mêmes avantages fiscaux. Malgré les intérêts de l’assurance-vie, elle continue à perdre en croissance face aux autres placements.rnrnEn effet, même si elle présente une bonne alternative pour faire fructifier les fonds, elle a encore du mal à séduire et cette baisse semble persistante. Les statistiques du FFSA, Fédération française d’assurance-vie ne fait d’ailleurs que confirmer cette hypothèse.rnrnRalentissement de croissance de l’assurance-vie, les causes ?rnrnQuelles explications donner à ce faible engouement du public pour l’assurance-vie ? À première vue, ce secteur a déjà retrouvé une certaine stabilité depuis mars 2009. Cette hausse a surtout été favorisée par une révision à la baisse de la rémunération du livret A passant de 4% à 2,5%. Un revirement de situation vient cependant perturber cette reprise car le livret A gagne de plus en plus du terrain, d’autant plus que sa rémunération a augmenté au début de ce mois.rnrnPar ailleurs, l’intérêt manifesté par les épargnants pour les fonds en euros, moins risqué et plus sécurisant est loin de s’émousser. L’assurance-vie ne nouera donc pas de sitôt avec la croissance si l’on croit au présage des statisticiens du FFSA. L’augmentation des cotisations en mai et en avril s’est apparemment fait sentir et les épargnants préfèrent miser sur un avenir plus stable et plus rassurant en investissant dans les fonds en euros.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean De Villele

Expert dans le domaine de l'Assurance, je vous propose régulièrement l'actualité et toutes les astuces pour faire un maximum d'économies mais sans jamais négliger la qualité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.