La Mutuelle nationale territoriale se fixe des objectifs pour 2012

La MNT change tout !Mutuelle nationale territoriale, un nouveau logo, de nouvelles résolutions

rn

Le 25 juin 2011 à l’Opéra de Vichy, la section de l’Allier a reçu la Mutuelle nationale territoriale en assemblée générale. Ont été décidés plusieurs points clés, en l’occurrence la réélection du Président général, ainsi que des hausses par rapport à certaines cotisations en 2012.

rn

La reconduction de Jean-Pierre Moreau à la présidence de la Mutuelle nationale territoriale

rn

La Mutuelle nationale territoriale a vu la participation, en cette assemblée générale, de 297 délégués qui agissent au nom de 750 000 membres. Adoptant un nouveau logo, ils ont reconduit Jean-Pierre Moreau au poste de Président général. Cet ex-directeur général des services techniques de Limoges et non moins membre de l’institution depuis 1971, entame ainsi son 4e mandat qui s’étalera sur 24 mois.

rn

Des changements en vue au niveau de la Mutuelle nationale territoriale, avec Jean-Pierre Moreau

rn

La Mutuelle nationale territoriale va surement connaitre des changements structurels plus ou moins radicaux, sous la tutelle de Moreau. En effet, lors des Rencontres mutualistes territoriales qui se sont tenues dans la même ville le 24 juin 2011, il a fait entendre son intention de ne plus indemniser les médicaments jugés peu profitables. Par ailleurs, Moreau a toujours exhorté le patient à faire appel à plus d’implications de la part de son médecin. Il a également réclamé une réforme au niveau du système de financement de la santé, ainsi que sur les la responsabilité respective de la Sécu et de la Mutuelle. Et ce, pour appuyer l’idée que ces dernières sont surtout vouées à l’aide aux soins, plutôt que d’être les gages du prolongement des activités des laboratoires pharmaceutiques.

rn

Une hausse de 0,5 % des cotisations santé en 2012

rn

La Mutuelle nationale territoriale, lors de son Assemblée générale, a décidé de rehausser de 0,5 % ses cotisations santé. Et ce, malgré le fait que, contrairement aux prévisions, les dépenses de santé n’ont pas connu une forte accrue. Les instances se sont également prononcées en faveur du non-remboursement des médicaments à vignette orange, lesquels sont déjà indemnisés à 15 % par l’assurance maladie. Elles évitent ainsi une augmentation des cotisations à 1,5 %, engendrée par un complément d’indemnisation de 35 %.

rn

L’assurance prévoyance, également dans le collimateur de la réforme

rn

La Mutuelle nationale territoriale, de par ses 297 délégués, a aussi fixé une augmentation de 5 %, au niveau des prix de ses contrats prévoyances en 2012. Rappelons que ces derniers comportent des garanties permettant au souscripteur de jouir encore de son salaire, en étant malade, invalide, voire décédé. 40 % des territoriaux seulement bénéficient de ces couvertures, mais les instances ont décidé de mettre en place une structure et une offre, lesquelles seront généralisées à diverses mutuelles territoriales. Et ce, en vue d’une mutualisation des risques de ces contrats de plus en plus affectés par des arrêts maladie et l’absentéisme. D’autant plus que la réforme des retraites de l’année dernière a repoussé l’âge légal de départ.

rn

La Mutuelle nationale territoriale veut gagner plus d’adhérents en 2012

rn

Et enfin, la Mutuelle nationale territoriale s’est résolue à rehausser son fonds d’action sociale à 6,2 millions d’euros en 2012. Ce chiffre a été estimé à 5 millions d’euros en 2010 et a permis à 55 000 membres d’en bénéficier. Les avantages en question sont des allègements au niveau des cotisations de complémentaire santé, des aides exceptionnelles et des crédits santé. Rappelons que la Mutuelle nationale territoriale s’est retrouvée excédentaire au terme de l’année 2010, grâce à la multiplication significative de ses adhérents et à l’« effet Mediator » qui a réduit l’usage de médicaments.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean De Villele

Expert dans le domaine de l'Assurance, je vous propose régulièrement l'actualité et toutes les astuces pour faire un maximum d'économies mais sans jamais négliger la qualité !
  1. MENARD dit :

    je voudrais savoir s’il vous plaît, si l’âge légal de départ à la retraite comme défini par la nouvelle réforme, s’applique aux contrats d’assurance invalidité-retraite (mutuelle nationale territoriale). Je suis née le 1/2/1952, je perçois un complément de salaire (ou rente invalidité) par la MNT (j’étais dans la fonction publique), depuis Janvier 2004 dans le cadre du contrat cité ci-dessus, et j’ai souscrit aussi un complément retraite, \r\nmon contrat dit ceci :\r\nCOMPLEMENT RETRAITE – PERIODE DE COUVERTURE\r\npoint de départ : dès l’admission à la retraite, sauf si celle-ci résulte d’une décision de retraite et au plus tard dès le 65ème anniversaire\r\nsi la mise à la retraite pour invalidité (CNRACL) se situe avant et jusqu’au 60ème anniversaire inclus, le point de départ est fixé à l’âge de 60 ans (c’est mon cas)\r\n\r\nmon départ à la retraite légal se situe à 60 ans et 8 ans, puis je bénéficier du complément salaire ou rente invalidité (supérieur au complément de retraite) jusqu’à cette date, en faisant valoir la réforme de retraite ?\r\n\r\nle contrat dit ceci :\r\nmontant des prestations : 100% de la retraite de référence\r\non entend par retraite de référence la retraite qu’aurait perçue l’assuré à la date de prise en charge au titre de la présente garantie s’il n’avait pas cessé son activité. \r\n\r\nQUEL SERA LE CALCUL DE CETTE RETRAITE ? \r\nen sachant que j’ai commencé à travailler dans la fonction publique à compter du 13 mars 1990, en 2000 maladie de longue durée, ensuite mise à la retraite pour invalidité par la CNRACL au 1/1/2004. LA MNT me verse un complément de salaire ou rente invalidité depuis cette date, et j’aurai 60 ans au 1/2/1952\r\nje perçois aujourd’hui 791 euros de la CNRACL et 513 de la MNT.\r\n\r\nje suis à votre disposition pour tout autre renseignement et merci d’avance\r\n\r\nMENARD ATIKA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.