Où placer vos liquidités ?

Aujourd’hui le Moneyblog tente de vous éclairer sur les différentes solutions de placements à court terme, dans un contexte difficile, la question sur toutes les lèvres des épargnants est : Ou placer mes liquidités ? Les personnes qui souhaitent de l’investissement à court terme doivent se passer de se lancer en bourse : trop risquer. Il y a néanmoins les livrets réglementés ou non ou même les assurances vie. Analyse de notre rédaction …

nnn

La Bourse : à écarter pour les placements à court terme

n

Investir en action est le meilleur profit sur du long terme avec en moyenne annuel un rendement au dessus de 7,5%.Dans le contexte actuel, tout placement boursier doit être fait dans une optique de moyen-long terme. Il ya aura tout de même des surprises et de très belle occasion, mais sûrement pas à court terme. Le comportement du marché est à alpaguer, une maîtrise difficile du marché est à prévoir. Investir en bourse aujourd’hui pour du moyen-long terme paraît intelligent. S’il s’agit de spéculer sur du court terme, mieux vaut s’abstenir.

n

Profitez des nouveaux taux des livrets réglementés

n

Avec une rémunération de 3,50% (du 1er février 2008 au 31 juillet 2008) sans fiscalité, ni prélèvements sociaux, le Livret A (comme le Livret de développement durable, l’ex-Codevi) est actuellement idéal pour un placement à court terme, d’autant qu’il est complètement liquide : vous utilisez comme bon vous semble vos frais. Un seul livret est autorisé par personne et les enfants en ont aussi droit. L’on peut ouvrir un livret pour chaque membre de sa famille. Une seule limite s’impose à vous : vous ne pouvez pas y investir plus de 15.300 euros par Livret.

n

Les personnes les plus modestes peuvent investir sur un Livret d’épargne populaire (LEP) qui est rémunéré à 4,25% depuis le 1er février 2008. Quant aux jeunes, le Livret qui leur est réservé (de 12 à 25 ans) offre une rémunération minimale au moins équivalente à celle du Livret A, soit 3,50%, mais qui est souvent majorée par les banques et peut dans certains cas atteindre 4,50%.

n

Utiliser les livrets "libres" en complément

n

Les livrets rémunérés "libres" sont de bons investissements à court terme pour qui a déjà fait le plein de livrets dits "réglementés", comme le Livret A ou Bleu, le Livret jeune, etc. En période de forte agitation boursière, ils peuvent être occasionnellement utilisés comme gîte en attendant de meilleurs jours. Un bon nombre d’établissement financier proposent des Livrets libres, plus ou moins intéressants en terme de rémunération : 3,75% chez Monabanq jusqu’à 20.000 euros (à partir du 15 février 2008), 3,60% chez MMA jusqu’à 20.000 euros (à partir du 3 mars 2008), 3,25% chez Cortal, etc.

n

Tandis que les intérêts générés sur le Livret A (Livret Bleu au Crédit Mutuel), le Livret de développement durable, le Livret jeune ou le Livret d’épargne populaire sont non imposables, ceux des livrets "non réglementés" ou "libres" sont, eux, soumis à l’impôt et aux prélèvements sociaux. Ils supportent en effet les prélèvements sociaux à hauteur de 11% et sont soumis, soit à l’impôt sur le revenu, soit au prélèvement forfaitaire libératoire au taux de 18% depuis le 1er janvier 2008, soit au total une retenue fiscale de 29% (11% + 18 %). Un taux affiché de 6%, ressort à 4,26% une fois la fiscalité retranchée, un taux initial de 5% à 3,55%, etc.

n

L’assurance-vie, mais seulement si elle a plus de 8 ans

n

Après huit ans de détention, l’assurance-vie en euros se transforme souvent en "super livret". Vous pouvez y investir de l’argent et le retirer trois mois plus tard, avec une fiscalité très allégée sur vos gains : un prélèvement de 7,50%, majoré des 11% de prélèvements sociaux, soit au total 18,5% contre une retenu fiscale de 29% pour les livrets libres. Autre intérêt : vous ne prenez aucun risque de perte si vous investissez sur le fonds en euros, votre capital étant garanti. Enfin, l’assurance-vie en euros offre une rémunération intéressante, de 4,30% en moyenne pour 2007.

n

Par contre certains assureur n’aiment pas cette instabilité et privilégient les clients qui placent sur le long terme.D’abord les frais sur versements peuvent être contraignants (jusqu’à 5%), et surtout, ils peuvent vous priver d’une partie de la rémunération sous prétexte que vous n’avez pas laissé votre argent suffisamment longtemps. Il faut vérifier ce qui est prévu pour les sommes retirées en cours d’année dans les conditions générales de votre contrat. Plutôt que d’offrir le taux de rendement de l’année sur les sommes trop rapidement retirées, nombreux sont les assureurs à ne vous garantir que le taux garanti, généralement plus faible que le taux effectif de l’année. D’autres assureurs ne garantissent que 70% ou 80% du taux de rendement de l’année précédente. Mais d’autres encore, comme chez Swiss Life par exemple, autorisent les "allers-retours" moyennant une rémunération identique à celle de l’épargne longue (avec le taux d’intérêt réel de l’année, non amputé).

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.