Grande distribution : vers un remplacement des cartes bancaires

Visiblement, la guerre opposant la grande distribution et les banques est loin de prendre fin. Après avoir obtenu gain de cause auprès des parlements pour la suppression des commissions relatives aux paiements par carte, les distributeurs déterrent à nouveau la hache de guerre en attaquant les banques sur un autre front. Cette nouvelle initiative vise à renforcer la position déjà acquise et concerne notamment la mise en place d’un nouveau dispositif permettant de mettre un terme à l’utilisation des cartes bancaires.

rn

Grande distribution, quid du fonctionnement de ce nouveau système ?

rn

L’objectif de ce nouveau dispositif est de mettre de côté le paiement par cartes bancaires actuel en le remplaçant par un système de virement en temps réel. Celui-ci imitera le Sepa Crédit transfert déjà appliqué au sein de l’Union européenne et qui s’effectue directement via un téléphone portable. Avec ce type de virement, les distributeurs peuvent valider immédiatement le paiement sans qu’une intervention tierce ne soit nécessaire. Mieux encore, ce schéma permet aux distributeurs de se défaire des commissions perçues par la banque du consommateur en cas de transaction. Au final, cette politique pourrait apporter un gain de 1,3 milliard d’économies par an.

rn

Par ailleurs, selon la grande distribution, l’investissement relatif à ce projet ne représente qu’une dépense mineure. Elle sera envisagée à 100 millions d’euros soit environ 7,69% des gains des banques en un an en termes de commission sur les cartes bancaires.

rn

Les banques font la sourde oreille

rn

Un discours de sourd est en train de s’établir entre les deux entités concernant ce dispositif. Bien entendu les banques ne voient pas la situation de la même façon que la grande distribution. D’après eux, le virement de proximité n’offre aucune garantie, ce qui n’est pas le cas du paiement par cartes bancaires, or cette option s’avère de grande importance pour le petit commerce. De son côté, la FCD juge que cette garantie ainsi que la commission qui l’accompagne n’ont pas de fondement puisque le paiement se fait en temps réel.

rn

Les banques ne sont pas du tout de cet avis et annoncent qu’aucune infrastructure ne permet aujourd’hui d’assurer un paiement en temps réel. La corde reste donc tendue entre les deux parties dans la mesure où aucune d’entre elles ne veut céder. Quoi qu’il en soit, il appartient au Comité consultatif de trancher sur ce sujet. Affaire à suivre….

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.