Face à la crise, devenez auto-entrepreneurs.

Et si la solution la plus simple pour contrer le chômage était de devenir auto-entrepreneurs ? C’est la démarche entreprise par un nombre croissant de Français pour lutter contre les problèmes d’argent et les autres effets de la crise. Télé-travail, artisanat, petit commerce, autant d’activités possibles pour eux. Avant, ils étaient de simples travailleurs, aujourd’hui ils sont leur propre employeur.nnC’est que le statut d’auto-entrepreneur présente de nombreux avantages comme une grande souplesse (l’impôt sur le revenu n’est calculé qu’après le bénéfice, s’il est nul ou négatif il n’y a rien à payer, possibilité d’abandonner son activité du jour au lendemain avec un minimum de démarches) ainsi que tout un lot d’aides gouvernementales.nnOn peut citer par exemple les exonérations pour l’emploi à domicile qui gagnent encore cette année environ 6 % en valeur. Elles devraient coûter 2,07 milliards d’euros à l’État en 2009 et 2,2 milliards d’euros en 2010. Les abattements particuliers employeurs représenteront à eux seuls environs 300 millions d’euros.nnPas étonnant qu’en 2009 quelque 150 000 nouveaux contribuables aient choisi de s’enregistrer en tant qu’auto-entrepreneurs, chiffre qui devrait d’ailleurs doubler dès l’an prochain. Les experts de Bercy tablent ainsi sur un total de 92 millions d’euros cette année rien qu’au titre des allègements d’impôt liés exclusivement au statut d’auto-entrepreneur. Ce montant devrait dépasser les 190 millions d’euros dès l’année prochaine.nnDans le même temps, les aides allouées aux employés les plus précaires en entreprise ont baissé de manière notable, cédant presque 1 % cette année et peut-être 2 % l’année prochaine selon les premières simulations. En parallèle, les exonérations de charges sociales sur les heures sup et autres rachats de RTT devraient aussi reculer de 3 % en 2009. L’une dans l’autre, ces baisses devraient faire passer le montant total alloué aux exonérations d’impôt bas salaire et heures sup dans le régime général du privé en dessous des 24 milliards d’euros dès 2010.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.