La défiscalisation en quelques mots

La défiscalisation en quelques motsLoi Scellier, crédit d’impôt, défiscalisation par l’investissement immobilier… autant de termes qui, s’ils sont utilisés tous les jours dans la presse économique, demeurent quelques fois obscurs dans l’esprit du plus grand nombre. Rapide tour d’horizon des dispositifs les plus courant pour payer moins d’impôt.nnPrès de 500 niches fiscalesnnTout d’abord, il faut savoir que les réductions d’impôts ne sont pas, contrairement à la croyance générale, réservées aux minorités les plus aisées. Certaines de ces « niches fiscales » dites « horizontales » sont par exemple réservées à un secteur particulier qui regroupe également des ménages modestes. Le cas le plus récent (et polémique…) est celui de la restauration qui a bénéficié de réductions notables de TVA sans pourtant que celle-ci ne se répercute dans le portefeuille des clients.nnBien sûr, les dispositifs de défiscalisation utilisés pour les montages financiers sont différents. Ils offrent généralement une réduction du montant de l’impôt moyennant un investissement dans une zone géographique et un secteur particulier. Il s’agit bien souvent de l’immobilier qui impose d’investir il est vrai des sommes conséquentes. Certaines compagnies disposent tout de même de seuils de souscription assez faibles.nnCrédit d’impôt, réduction d’impôtnnPour « défiscaliser » de manière active, les professionnels proposent deux grandes options :nn- L’option numéro un est de réduire le revenu imposable. Pour cela il suffit d’induire une charge déductible du revenu global du contribuable ce qui abaisse la base de son revenu net fiscal de référence. Cette opération permet de baisser la tranche marginale d’imposition ce qui réduit mécaniquement le montant d’impôts à payer. Il est alors possible de passer d’une catégorie à une autre et de diminuer son taux marginal de moitié. Ainsi, un cadre qui déclare 30 000 euros de revenus (imposé jusqu’à 30 %) pourra au final n’être imposé que sur 24 000 € avec un taux marginal de 14 %.nn- La deuxième option lui est souvent préférée (et préférable), car il s’agit d’un abattement « direct » sur le montant final de l’impôt à payer. La différence est tout de suite « palpable ». Au lieu de payer 5000 euros d’impôt, un contribuable, à travers un investissement de plusieurs milliers d’euros, n’en règle finalement que 3000. Sans compter la rentabilité souvent non négligeable de ce genre de placement.nnnPlusieurs centaines d’options pour défiscalisernnQu’il s’agisse de mettre un peu de son épargne dans une SCI (certains disposent parfois de produits accessibles dès 2000 ou 3000 euros) ou dans un produit financier quelconque. Bref il y en a pour toutes les bourses et toutes les destinations. Les férus d’immobilier pourront ainsi se tourner vers les dispositifs Loi Scellier, Malraux ou Bouvard. Surtout, pas oublier que plus les réductions sont grandes plus la durée de blocage des fonds sera longue.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.
  1. Koala dit :

    Merci pour cet article donnant de nombreuses pistes pour sauver un peu d’argent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.