SCPI : les droits de l’investisseur

SCPI les droits de l’investisseurInvestir son argent dans une SCPI est souvent présenté comme un placement sûr et avantageux, notamment pour les rendements et pour les possibilités de défiscalisation offertes. L’acquisition de parts de SCPI comporte cependant plusieurs désavantages pour les petits porteurs. Mieux vaut donc les connaître afin d’éviter les désillusions et les mauvaises surprises.nnLe droit de vote, un pouvoir somme toute limiténnBien sûr, toute personne qui achète des parts dans une SCPI acquière automatiquement un droit de vote à l’instar de ce qui se passe dans une SA ou une SARL classique. Malheureusement, son pouvoir reste proportionnel à la part de capitaux dont il dispose, et qui, dans le cas d’une SCPI, demeure relativement infime. Le principe de la SCPI consiste en effet à rassembler le maximum d’investisseurs (particuliers et institutionnels) pou acquérir des biens immobiliers couteux. Ainsi, les quelques dizaines de milliers d’euros qu’un particulier peut mettre sur la table pèsent bien peu dans la masse des millions d’euros nécessaires pour mener à bien ces projets d’envergure… ce qui lui donne en fin de compte très peu d’influence sur les décisions de la SCPI.nnUne relation basée sur la confiancennDans une SCPI, la gestion est confiée à un gérant (pas n’importe qui, il doit s’agir d’une société régulièrement contrôlée par l’Autorité des marchés financiers) assisté par un conseil de surveillance et un commissaire aux comptes. Et ici force est de constater que le secteur est très fermé et encore dominé par un petit nombre d’acteurs : 22 sociétés assurent à elle seules la gestion des 134 SCPI officiellement enregistrées. Bien sûr pour tout investisseur soucieux de veiller à la bonne gestion de son argent, il reste la possibilité de se faire élire au conseil de surveillance, ce qui tient souvent de la gageure tant le poids des institutionnels au sein des SCPI est important. De toute façon, le conseil de surveillance n’a qu’un pouvoir très limité face au gérant et son rôle se restreint au contrôle des activités de ce dernier et à la remise de rapports lors des assemblées générales d’actionnaires. En fin de compte, l’investisseur dont les fonds ne représentent qu’une goutte d’eau dans l’océan du capital de la SCPI ne dispose que d’une seule option pour s’assurer de la pérennité de ses économies. Choisir avec soin la société à qui il va les confier.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.