Quel est l’impact de la crise pour l’investissement dans les FIP et FCPI ?

fcpiRentabiliser son argent tout en économisant sur ses impôts, c’est l’opportunité offerte par les FIP et les FCPI. Ces fonds d’investissement de proximité (FIP) et fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) représentent de véritables aubaines pour les investisseurs prêts à bloquer leurs économies sur le long terme.nnnnLes montants d’argent investis dans ces placements donnent en effet droit à une diminution d’impôts à hauteur du quart de leur totalité, dans la limite de 12 000 euros. En clair, un célibataire qui engage 12 000 euros dans un de ces fonds peut économiser un maximum de 3000 euros sur sa prochaine facture fiscale. Si on ajoute que ces dispositifs sont cumulables, et donc que la déduction peut aller jusqu’à 6 000 euros rien que pour une personne, on comprend rapidement l’attrait de ces investissements. Mieux encore, certaines dispositions spéciales permettent aux contribuables assujettis à l’impôt sur la fortune d’en déduire jusqu’à 20 000 euros.nnAinsi, il n’est pas étonnant qu’en 2007, ces placements aient drainé plus de 1,2 milliard d’euros.nnUne seule ombre au tableau cependant, l’inévitable crise financière qui a déjà touché rudement les grands groupes et commence rapidement à affecter les PME et PMI.nnLes FIP et FCPI ont en effet l’obligation d’investir 60 % des sommes qui leur sont allouées auprès de PME, PME qui vont-elles aussi subir de plein fouet les contrecoups du ralentissement économique.nnAinsi, de nombreux dépôts de bilan de PME sont à prévoir ainsi qu’un resserrement des crédits qui leur sont accordés, un facteurs qui pourrait diminuer la rentabilité des entreprises encore en vie et, in fine, les rendements des FIP et FCPI.nnLes gestionnaires de ces fonds se veulent cependant assez rassurants, arguant notamment du fait que les 40 % des sommes restantes sont investis dans des obligations et autres placements « solides ».nnLe fait que ces fonds soient exclusivement destinés à des opérations sur le long terme, souvent à huit ou dix ans, les met aussi à l’abri des mouvements de panique qui affecte par exemple le marché des actions. Dans le contexte d’instabilité actuelle, le degré de risque des FIP et des FCPI pourrait ainsi presque les faire passer pour des valeurs refuges.nnEn se tournant vers des acteurs connus et expérimentés de la place, les investisseurs pourront donc continuer à placer leur argent sans trop d’arrière-pensées dans les FIP et les FCPI, tout en profitant des réductions d’impôts qu’ils engendrent.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.