Les avantages fiscaux dans la ligne de mire de l’Etat

Lors de la réunion qui s’est tenu à Brégançon le vendredi 20 août dernier, Nicolas Sarkozy a annoncé que des avantages fiscaux d’une bagatelle de 10 milliards d’euros seront supprimés du budget 2011. L’objectif de l’Etat étant de mettre un peu d’ordre dans la largesse budgétaire et de ramener le déficit public au dessous de 3 %. Une bien belle ambition mais à quelle prix ? Comme toujours, les niches fiscales se retrouvent au devant de la scène, taillées et rabotées à souhait, les avantages fiscaux vont bientôt porter le deuil de leurs années glorieuses !nnSuppression des avantages fiscaux pour une croissance de 2 à 2,5 % en 2011nnLe gouvernement semble être très optimiste quant aux dispositions qui ont été mis en place pour atteindre un taux de croissance de 2 à 2,5 %. Ce sont les contribuables qui voient se noircir le tableau de leur budget et n’ont pas une vision aussi optimiste des choses. En effet, après la réforme de la retraite, aux coupes de 10 % sur les interventions de l’Etat au niveau des contrats aidés et des aides au logement, cette suppression est loin de promettre une meilleure situation financière pour les ménages surtout ceux qui ont eu l’habitude de se réfugier derrière certaines niches fiscales. De son côté, Bercy pense avoir réalisé une prévision plutôt raisonnable cette année et n’entend pas en rester là pour l’année prochaine.nnSuppression d’avantages fiscaux, qui seront concernésnnLe gouvernement n’a pas manqué de nous rassurer en indiquant que l’impôt sur le revenu, la TVA et l’impôt sur les sociétés ne subiront aucun changement. La question est donc de savoir par quels moyens l’Elysée pense faire autant d’économies ? Si la hausse sera ciblée, quels secteurs vont être touchés en premier. Quelques pistes peuvent d’ores et déjà être explorées suite à la présentation de la réforme des retraites. En effet, le crédit d’impôt sur les dividendes et l’abattement sur les plus-values vont disparaître en plus des autres réformes. Un gain de près de 3,1 milliards d’euros est déjà attendu dès 2011. Aux grands mots les grands remèdes mais le gouvernement n’ira pas au-delà du possible et du raisonnable, ainsi les nouvelles mesures ne vont pas concerner les secteurs créateurs d’emplois et tout ce qui contribue à soutenir l’économie. Au moins une bonne nouvelle !

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.