Les SCPI seront-elles avantageuses en 2011 ?

Les SCPI ou sociétés civiles de placement immobilier sont des entreprises auprès desquelles on peut investir pour se constituer un patrimoine immobilier. L’investisseur réalise un placement au sein de la SCPI, dans le but de tirer des revenus locatifs et d’engranger des plus-values à l’issue de la vente des immeubles. L’achat des parts s’effectue souvent par l’intermédiaire d’un prêt épargne logement.rnrnLes épargnants apprécient particulièrement ce mode de placement en raison de son rendement, qui ces dernières années a affiché un net accroissement malgré la crise qui a frappé de plein fouet le secteur de l’immobilier. Les SCPI devraient demeurer rentables l’an prochain et arborer un taux de rentabilité situé entre 5,5 % et 6 %. Elles peuvent se substituer parfaitement aux placements boursiers. De plus, elles présentent moins de risques et elles sont plus avantageuses sur le plan fiscal.rnrnParmi les six catégories de sociétés civiles de placement immobilier, les SCPI « classiques diversifiées », investis dans l’immobilier d’entreprise et les « murs de magasins » sont les plus rémunératrices. En 2010, la première a assuré un rendement moyen de 6.10 % avec 70 % de la capitalisation et la seconde une efficience de 5.70 % avec 12 % de la thésaurisation. En 2011, elles doivent maintenir le même cap.rnrnLe risque auquel les investisseurs auprès des SCPI sont souvent exposés est la fluctuation du marché de l’immobilier. En cas de récession, le prix a tendance à baisser, alors que les courtiers se servent de la valeur du patrimoine comme référence de base. Si le coût du mètre carré est en chute, le patrimoine est dévalué et la quote-part en conséquence. En choisissant de revendre suivant le cours de cette période, l’investisseur va perdre une partie de son capital.rnrnLa loi de l’offre et de la demande influe également sur le rendement des SCPI. Si la demande devient trop pressante, le marché se tend et la valeur des parts est en hausse. Cependant, si de nombreux associés veulent céder et qu’il n’y a pas suffisamment d’acheteurs, cette situation sera caractérisée par une baisse des prix. Il faut aussi tenir compte de l’état du parc immobilier et éviter d’investir dans l’ancien. En effet, la mise en conformité aux normes de construction actuelles nécessite d’importants travaux qui vont peser lourd sur la rentabilité.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.