Retraite : la réforme centrée sur l’augmentation de la durée de travail

Le dossier épineux de la réforme de la retraite est en marche, Nicolas Sarkozy vient de se fixer la mi-2010 comme date limite à l’adoption de nouvelles lois sur l’emploi. Objectif principal : sortir du déficit chronique qui fait perdre chaque année de plus en plus d’argent à l’État français.nCe n’est pourtant pas parce qu’elle est nécessaire que cette refonte va passer comme une lettre à la poste. Les questions à résoudre sont nombreuses : du recul de l’âge de la retraite à l’augmentation de la durée de cotisation, sans oublier la prise en compte de la pénibilité du travail… autant de pistes qui présentent chacune leurs lots d’écueils.nnD’ailleurs, si les Français ont conscience de la nécessité de cette réforme de l’emploi et du financement des retraites, la plupart se refusent à tout changement d’après un très récent sondage Ifop. Ainsi, si les trois quarts des personnes interrogées affirment être inquiètes, seules 36 % d’entre elles sont d’accord pour reculer l’âge légal de la retraite. Les autres axes de résolution possibles ne rencontrent pas plus de succès. Le rallongement de la durée de cotisation, l’augmentation des montants cotisés et la réévaluation à la baisse des pensions ne remportent respectivement l’approbation que de 38 %, 26 % et 9 % des sondés.nnDu sondage ressort une nouvelle intéressante. Malgré la débâcle de la finance internationale, une moitié des participants souhaiterait la création de fonds de pension pour améliorer les rentrées d’argent des retraités.nnLes syndicats ont quant à eux réservé un accueil assez tiède à l’annonce du président Sarkozy. François Chérèque y voit une tentative du pouvoir de transformer en « petite réforme » en 2010 ce qui aurait mérité d’être un « grand débat » en 2012. Le secrétaire général de la CFDT a au moins eu le mérite d’être clair sur ses positions, non au recul de l’âge de la retraite, car il « pénalise ceux qui ont commencé à travailler jeunes, souvent des ouvriers ».nnIl a toutefois abondé dans le sens du gouvernement en confirmant que « la réforme ne se fera pas sans régler les questions de pénibilité et d’emploi des seniors ». Danièle Karniewicz de la CGC rappelait pour sa part qu’« On ne peut demander des efforts importants aux Français que si on leur offre une vraie lisibilité sur le niveau de leur retraite future ».nnEn clair, pour demander aux contribuables de travailler plus et/ou de cotiser plus, il faudra leur garantir de toucher en retour plus d’argent.nnReste à espérer que cette vision sera aussi partagée par le gouvernement.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.