Démonstration de force des syndicats en vue du débat sur la retraite.

Les esprits s’échauffent alors que l’échéance 2010 du grand débat sur la retraite approche à grands pas. La CFDT vient de dévoiler sa stratégie et a déjà tiré la première salve avec une apparition médiatique remarquée de son leader François Chérèque et plus récemment des manifestations de retraités organisées avec les autres principaux syndicats dans plusieurs grandes villes de France.nnLe message est clair : ils iront défendre bec et ongles le pouvoir d’achat des retraités. Alors que la croissance est (timidement c’est vrai) revenue, le syndicaliste a prévenu le gouvernement que les travailleurs qui « ont assumé tous les efforts » exigeraient leur part du gâteau de la reprise. Les mots ont d’ailleurs été durs, très durs, plus qu’un avertissement, presque des menaces à peine voilées. Il martelait ainsi sur iTélé : « Il y aura des revendications fortes et un risque de révolte sociale. 1936 est arrivé après 1929. Cette fois, on n’attendra pas sept ans. »nnIl est vrai que l’ambiance en ce moment ne se prête pas forcément aux échanges amicaux. Le gouvernement a d’ailleurs conscience qu’avec en plus la série de suicides chez France Télécom et les diverses augmentations (forfait hospitalier, cotisations des mutuelles…) engendrées par sa volonté de résorber le déficit de la sécu il est assis sur une poudrière sociale. À cet égard, les manifestations communément organisées par plusieurs syndicats vers la fin de semaine dernière apparaissent comme une petite démonstration de force. 2 500 personnes à Paris, 2 000 à Marseille, mais aussi 300 à Limoges, Lille, Toulouse, 400 à Bordeaux… Des banderoles arborant des slogans tels qu’« On l’a gagnée, on veut la vivre notre retraite » ou demandant l’« alignement des retraites sur celles des députés » en passant par les cris de « retraités, maltraités, mal payés ! » des manifestants : rien n’a été laissé au hasard pour affirmer la détermination du mouvement. Les CFDT, CGT, Unsa et autres FGR-FP et CFE-CGC, instigateurs des rassemblements montrent donc leurs muscles en vue de la confrontation prochaine.nnPour autant, les discussions ne sont pas rompues, et les syndicats attendent beaucoup d’une réforme sur la retraite qu’ils souhaitent « globale » et qui « se discute sur au moins un an ». À travers son ministre des Affaires Sociales, Xavier Darcos, qui déclarait récemment souhaiter aboutir à des changements pour au plus tard la rentrée 2010, le gouvernement Fillon leur a répondu qu’il désirait lui aussi que le dossier avance rapidement.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.