Réforme retraite, projet gagnant ou mesure utopique ?

Les problèmes budgétaires du système retraite apparaissent énormes vu que le déficit atteint déjà le seuil prévu pour 2030. Le gouvernement tente d’y mettre un terme en lançant un plan de réforme de grande envergure. Grâce au COR, nous pouvons avoir un aperçu des probables impacts de chacune des solutions sur le plan financier.nnLe COR évalue l’impact financier des mesures relatives à la réforme retraitennLe Conseil d’orientation des retraites (COR) tire la sonnette d’alarme quant à la difficulté de financement du système de notre système de retraite. Son objectif est d’évaluer l’impact financier des différentes solutions envisagées pour la réforme retraite. Parmi celles-ci, se distingue notamment la multiplication du financement, l’augmentation de la période de cotisation ainsi que le report quant à l’âge de départ à la retraite. Cet organisme regroupant 39 experts composés de parlementaires, de représentants de l’État ainsi que de partenaires sociaux a pour vocation d’analyser chacune de ces solutions de façon objective et sans aucun parti pris.nnRéforme retraite, le rapport du CORnnEn ce qui concerne la multiplication du financement, la piste la plus probable consiste au financement du régime retraite avec une part des cotisations perçues par l’assurance chômage. Une injection de 0,15% des cotisations vers l’assurance vieillesse est envisageable si le taux de chômage se stabilisait à 7% en 2020. D’autre part, le FRR ou Fonds de réserve des retraites pourrait financer la caisse de l’assurance vieillesse à hauteur de 70 à 80 milliards d’euros d’ici 2020, en fonction de son rendement.nnLes deux autres solutions à savoir l’augmentation de l’âge de départ à la retraite et la durée de la cotisation apparaissent complémentaires. D’après l’étude effectuée par les experts, si la durée de cotisation est augmentée à 43,5 années d’ici 2050, cela réduirait de 15% les besoins de la caisse de l’assurance vieillesse. Il en est de même pour l’âge de départ à la retraite. Si celui-ci est repoussé de 65 à 68 ans au lieu de 60 à 62 ans, cela permettrait un gain évalué à 17 milliards d’euros dès 2030 et à 23,3 milliards d’euros à l’horizon 2050. Le chemin est long, mais les résultats promettent d’être performants !

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.