Retraite : Les principaux points qui entretiennent la polémique

Depuis l’annonce du plan de réforme de la retraite, le gouvernement endure des attaques de tous bords. Les partis de gauche, les syndicats et même des élus de la majorité contestent ce projet, alors qu’il doit être présenté devant le Parlement ce mois-ci. Les principaux points de désaccord concernent le report de l’âge légal de départ à la retraite, qui passe de 60 ans à 62 ans, ainsi que le relèvement de l’âge à partir duquel la pension est versée à taux plein.nnLe report de l’âge légal à 62 ans : la disposition pharennLe gouvernement Fillon va reconsidérer la retraite à 60 ans, instituée du temps du Président Mitterrand. Désormais, les Français ne pourront cesser leur activité professionnelle qu’à compter de l’âge de 62 ans. Cette mesure représente le fondement du projet de réforme entrepris par l’exécutif. Ce plan permettra à terme de résoudre le problème de déficit des finances de l’État. Le relèvement s’échelonnera sur sept ans et concernera tous les employés nés depuis 1956. Ce report va contraindre la majorité des salariés à travailler deux ans de plus et à cotiser davantage.nnLes conséquences sont tragiques, puisque les travailleurs, qui ont atteint aujourd’hui 60 ans, devront encore verser leurs primes durant quelques années supplémentaires. Il est prévu initialement que la réforme devrait être adoptée au plus tard avant la fin de cette année et qu’elle devrait entrer en vigueur dès l’an prochain. Les organisations syndicales ont annoncé une importante mobilisation dans les semaines à venir pour dénoncer cette mesure, cependant il est improbable que le gouvernement fléchisse et revienne sur sa décision.nnLe relèvement de la retraite à taux plein à 67 ans : une mesure désapprouvée jusqu’au sein de la majoriténnL’âge à partir duquel on peut bénéficier d’une retraite est passé à 67 ans. Ce relèvement s’effectuera également de manière progressive. Il devrait prendre effet en 2016 et s’appliquer pleinement en 2023. Les associations syndicales et les partis d’opposition s’y réfèrent régulièrement pour dénoncer la réforme dans son ensemble. On peut relever l’iniquité de cette mesure, car elle touche les individus dont l’activité salariée est incomplète et qui se trouvent au chômage. Ils devront ainsi attendre deux années supplémentaires avant de pouvoir recouvrer une allocation à taux plein. Le gouvernement reconnaît que cette réforme sera dure à faire passer, tant au niveau du public, qu’au niveau du Parlement.nAlors qu’ils comptaient sur le soutien des élus UMP, plusieurs députés ont avancé un projet d’amendement, qui concernerait le relèvement de la retraite à taux plein. Ils ont proposé qu’on maintienne la limite à 65 ans, particulièrement pour les femmes salariées. L’exécutif ne risque pas de s’y plier puisque ce décalage représentera 4 milliards d’euros d’économies à l’horizon 2020.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.