Suite de la polémique sur le relèvement de la retraite à taux plein à 67 ans

Réforme emblématique du quinquennat du Président Nicolas Sarkozy, le projet de loi très controversé sur les retraites prévoit le report de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans, ainsi que le relèvement du taux plein à 67 ans. Ces derniers jours, le principal sujet de discorde concernait le décalage de la deuxième borne. Tous ceux qui s’opposent à cette réforme estiment que cette mesure est totalement injuste, puisqu’elle touche les individus dont l’activité professionnelle est incomplète, ceux qui exercent des emplois précaires et ceux qui se trouvent au chômage. Bref, elle va porter préjudice aux personnes les plus faibles. Ils proposent ainsi le maintien de la limite à 65 ans, particulièrement pour les femmes salariées.rnrnLes femmes seront plus désavantagées que les hommes si le relèvement de la retraite à taux plein à 37 ans est adoptérnrnLes travailleurs contraints d’attendre l’âge de 65 ans pour percevoir une pension sont ceux qui n’ont pas atteint le nombre de trimestres requis. Ils touchent en moyenne une prime mensuelle de 357 euros. C’est notamment le cas des salariés féminins. En 2009, près du quart des bénéficiaires des allocations attribuées par l’Union nationale pour l’emploi dans l’industrie et le commerce ou UNEDIC, étaient des femmes. D’après un leader syndical, cette situation ne va pas s’améliorer malgré la hausse du taux d’emploi des femmes, dont se targue le gouvernement. En effet, la gent féminine évolue souvent dans des milieux professionnels précaires, quand elle ne décroche pas des postes à temps partiel.rnrnCe décalage représentera un tiers des économies de la réformernrnL’exécutif ne risque pas de se soumettre aux exigences des opposants à la réforme, car ce décalage représentera 4 milliards d’euros d’économies à l’horizon 2020 et un tiers des réserves dès 2025. Toutefois, le chef de l’État, qui avait concédé quelques aménagements après les mobilisations du 7 septembre dernier, pourrait faire à nouveau un geste. Les syndicats souhaitent le maintien de la deuxième borne à 65 ans, puisque le relèvement n’entrera en vigueur qu’à compter de 2023. Durant tout ce laps de temps, le gouvernement peut revoir sa réforme ou proposer un tout nouveau, plus juste et plus équitable.rnrnLes jeunes devront commencer à cotiser très tôtrnrnSi ce projet de réforme est adopté, les jeunes actifs devront cotiser très tôt et plus longtemps que leurs aînés pour prétendre à une retraite à taux plein. À titre d’exemple, les générations nées dans les années 1970 seront obligées de cotiser dès 21 ans, compte tenu de l’allongement de la durée des études et des difficultés d’insertion dans la vie professionnelle, en début de carrière.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.