Retraite : l’espérance de vie en progression rapide

Les systèmes de retraite font en permanence l’objet d’un examen rigoureux. Aujourd’hui, ce sont les dernières prévisions démographiques de l’Insee qui apportent de nouveaux éléments de réflexion sur l’orientation des retraites. Si la natalité affiche une nette amélioration, l’espérance de vie gagne de la vitesse de son côté et l’équilibre est encore loin de s’établir.rnrnRetraite : l’impact du vieillissement rapide de la populationrnrnDans le système de la retraite, la progression et la constante amélioration de la natalité sont des éléments favorables pour les régimes. En effet, le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) mise sur une bonne tenue de la fécondité qui passera de 1,9 à environ 2 dans les années à venir. Cette progression va entraîner une hausse de la population active et des adultes en âge de travailler dès 2030. Les cotisants seront de ce fait plus nombreux, ce qui est particulièrement favorable au bon fonctionnement du système de retraite.rnrnLes prévisions de l’Insee sorties au mois d’octobre prévoient cependant dans la foulée, une progression rapide de l’espérance de vie. Ce phénomène pourrait perdurer jusqu’en 2030 avant d’enregistrer une évolution plus lente. L’amélioration du taux de natalité ne suffirait donc pas à compenser le vieillissement de la population. Même si les régimes tablent sur l’existence de plus de cotisants dans 20 ans, ce gain d’espérance de vie risque de peser plus lourd sur le budget, d’autant plus que l’Insee reste encore assez prudent dans ses chiffres en annonçant une fécondité de 1,95 enfant par femme.rnrnRetraite : espérance de vie et dépendance démographiquernrnUn gain d’espérance de vie de 5,4 ans est en perspective entre 2010 et 2060 selon les chiffres de l’Insee. D’après le COR, ces nouvelles prévisions démographiques tendent à dégrader de façon conséquente le ratio de dépendance démographique. Toutefois, l’Hexagone est loin de rivaliser avec ses voisins dont la dépendance pourrait dépasser les 50 % en 2060. Se situant dans une situation plus favorable, la France bénéficiera d’une ration de dépendance inférieure à 50 %.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.