Prochaine application de la hausse des cotisations dans le cadre de la retraite

Prochaine application de la hausse des cotisations retraiteLa hausse de durée de cotisation confirmée par le gouvernement.

rn

Un décret sera bientôt promulgué par le gouvernement afin de mettre la loi de 2003 en application. Ceux qui sont nés en 1955 et qui partiront en retraite en 2016 ou en 2017 devront donc cotiser un trimestre de plus par rapport à leurs ainés nés en 1954 pour avoir droit à une pension sans décote.

rn

Cette décision entre dans le cadre de la réforme de 2003. Elle est aussi associée à la réforme de 2010 qui a pour but de relever petit à petit l’âge légal d’ouverture des droits à 62 ans.

rn

La position du gouvernement

rn

Le ministre Xavier Bertrand appuie que cette décision découle tout simplement de l’application de la loi de 2003. Il constate également que les réformes françaises ne sont pas aussi lourdes que celles qui ont été adoptées dans les autres pays de l’OCDE comme l’Allemagne par exemple où l’âge légal est fixé à 67 ans et la durée de cotisation déterminée à 45 ans.

rn

Par ailleurs, le ministre précise que la réforme française protège l’intérêt des plus précaires dans le décompte des annuités. En effet, selon lui, « Il suffit d’avoir travaillé cinq semaines au SMIC pour valider un trimestre, et on tient compte des périodes de chômage, de maladie »

rn

Ce qu’en pensent les syndicats

rn

Devant la mise en application imminente de la réforme de la loi de 2003, les syndicats estiment que le système français figure parmi les plus rigoureux d’Europe. Ils remarquent également que si la majorité des pays de l’OCDE ont opté pour le recul de l’âge légal, ceux-ci n’ont pas trop insisté sur la durée de cotisation sauf en Allemagne, mais la décote n’y est pas défavorable aux assurés. Le représentant de la CGT au Conseil d’orientation des retraites Jean-Christophe Le Duigou conclut : « En France, on a fait les deux. La réforme de 2003, qui était déjà sévère, a été durcie par celle de 2010 ».

rn

Jean-Louis Malys de la CFDT trouve de son côté qu’il s’agit d’ « un coup de canif dans la réforme de 2003 ». En effet, le gouvernement et le syndicat prévoyaient que seule la durée de cotisation serait revue à la hausse sans que l’on porte atteinte à l’âge légal. Il réalise aussi que ceci lèsera beaucoup les individus qui ont des carrières peu remplies et les personnes qui ont commencé à travailler très jeune.

rn

Les retombées concrètes sur les assurés

rn

Comme la plupart des assurés nés en 1955 sont entrés dans la vie active avant 20 ans, ils auront donc réalisé une cotisation de plus de 41 ans et demi lorsqu’ils atteindront l’âge légal de 61 ans et 8 mois. S’ils ont cotisé avant 18 ans et qu’ils comptent deux ans de cotisation de plus par rapport aux autres, ils pourront prévoir un départ anticipé. En résumé, le jour où ils seront à la retraite, les assurés de la génération 1955 auront en tout cotisé pendant 43 ans et demi pour recevoir une pension sans décote.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.