Des titres restaurant pour payer ses yaourts

Si les titres restaurant n’ont jusqu’ici permis d’acheter que ce qu’on appelle communément le « cœur de repas », ce principe pourrait bientôt changer à la sortie d’un décret destiné à élargir l’utilisation des titres restaurant. Christine Lagarde est très optimiste sur ce sujet et espère la signature très prochaine d’un décret allant dans ce sens. Les supermarchés et supérettes vont en effet pouvoir offrir aux salariés présentant des titres restaurant ou de chèque déjeuner, des produits laitiers, des fruits et des légumes.rnrnLes titres restaurant à l’assaut des produits laitiersrnrnLa Commission nationale des titres restaurant ou CNTR a convenu depuis mars avec la grande distribution, les produits auxquels les employés détenteurs de ticket restaurant pouvaient avoir accès. Cette convention a de fortes chances de changer et de s’ouvrir sur d’autres produits notamment les fruits, les légumes et les produits laitiers si l’on s’en tient au propos de Christine Lagarde. Eh oui, en plus des éternels salade composée, sandwich, surgelé ou plat cuisiné classique, les produits laitiers entreront dans la danse ainsi que les fruits et légumes. Un déjeuner plus varié et plus complet permettra aux salariés d’entretenir leur santé et de favoriser le développement du secteur agricole. L’achat de produits laitiers jusque-là toléré avec la consommation de « cœur de repas » deviendra grâce à ce décret une pratique tout à fait licite.rnrnTitres restaurant : élargissement des points de vente agréesrnrnAfin de satisfaire les employés détenteurs de titres restaurant, les points de vente se verront également élargis. Bercy entend passer de 4 000 points de vente à 10 000. Avec l’extension des gammes concernées, ces prestataires risquent, en effet, de ne pas pouvoir répondre à toutes les demandes. Cette perspective promet de bouleverser la répartition actuelle des parts de marché détenues par les restaurants traditionnels et rapides, qui se taillent une part importante avec 61% de remboursement de titres, les assimilés restaurateurs et les surfaces alimentaires.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.