Auto : quand il vaut mieux louer qu’acheter.

Partir sur la côte en cabriolet le temps d’un week-end, déménager un meuble, dîner en ville, faire des courses dans un hypermarché en banlieue… Nombreuses sont les occasions de louer une voiture lorsqu’on n’en possède pas une. Avec le développement de l’autopartage à Paris et en province, louer une voiture pour moins d’une journée devient de plus en plus facile. Explications.rnrnrn

Des économies non négligeables

rn

L’objectif premier de l’autopartage, service de location de voitures pour de courtes durées (une heure à une journée) sur abonnement, est de réaliser des économies. Le propriétaire d’une petite voiture citadine qui ne l’utilise que trois fois par semaine pour de courts trajets économiserait ainsi plus de 1000 euros par an s’il optait pour une location à l’heure. Propriétaire, les dépenses sont en effet légions : le loyer mensuel pour le parking (environ 130 euros à Paris), l’assurance annuelle (450 euros pour un véhicule assuré tous risques avec un bonus), l’entretien, le nettoyage et bien sûr l’essence. Oubliez toutes ces contraintes grâce à l’autopartage, où vous n’avez qu’à débourser 3-4 euros de l’heure pour la location, auxquels s’ajoutent l’abonnement et le coût au kilomètre (30-40 centimes). Quant à l’essence, le plus souvent vous disposerez d’une carte carburant qui vous permet de faire le plein sans avoir à débourser un centime -le compte du loueur est débité- et le véhicule doit être rendu avec le réservoir rempli à plus du quart. Quand on sait que le coût annuel d’une voiture est de 5.800 euros, ça fait réfléchir. De plus, les formalités sont réduites au minimum. Mais attention, l’automobiliste qui utilise sa voiture tous les jours pour se rendre sur son lieu de travail n’a pas intérêt à adopter cette formule, au risque d’alourdir inutilement son budget. L’autopartage est en effet pensé pour des déplacements courts et occasionnels.

rn

Un stationnement facilité

rn

Chaque voiture louée dispose de sa place, souvent un emplacement dans un parking, mais on assiste depuis peu à la multiplication des places dans les rues mêmes. Un atout non négligeable à l’heure où 30% du temps de déplacement d’une voiture est consacré à la recherche d’une place de stationnement, selon une enquête américaine. A Paris, par exemple,  la municipalité prévoie de réserver des emplacements. Dans tous les cas, il reste impossible – à la différence du tout jeune Vélib’ parisien, côté vélo – d’emprunter la voiture à un point A et de la rendre à un point B. Le système de l’autopartage est donc encore imparfait, d’autant plus que le consommateur n’est pas assuré de trouver un véhicule à sa disposition quand il se déplace sur un coup de tête : la plupart des réseaux ne possèdent que quelques dizaines d’automobiles.

rn

Un marché prometteur

rn

Enfin, en pleine flambée des prix du carburant, des problèmes de stationnement, de l’augmentation exponentielle des PV, le marché français de l’autopartage, pesant 1,8 milliards d’euros, a un bel avenir devant lui. Le développement des compagnies aériennes à bas coût (low cost) accroît également la demande car les petits aéroports desservis sont parfois très éloignés des centres touristiques. Les particuliers, qui représentent aujourd’hui 40% du marché contre 30% il y a dix ans, sont les nouvelles cibles de sociétés telles Modulauto, Mobizen, Caisse Commune. Bien que le fait que seuls 6% des Français louent une voiture alimente le scepticisme de certains, il ne faut pas oublier que 6,57 millions de contrats de location ont été signés en 2006 contre 5,97 millions en 2005. Les retombées sont donc financières mais aussi écologiques : une voiture d’autopartage remplace entre 5 et 10 véhicules privés ; avec un marché estimé à moyen terme de 30 000 à 60 000 adhérents sur Paris, ce seraient entre 13 000 et 26 000 voitures en moins à stationner dans la capitale. A l’étranger, le succès de l’autopartage s’est confirmé : 80 000 adhérents en Suisse, 70 000 en Allemagne, 120 000 adhérents en Amérique du Nord… Exemple à suivre !

rn

Pour plus d’infos :

rn

www.mobizen.fr

rn

www.okigo.com

rn

www.modulauto.net

rn

www.caisse-commune.com

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !
  1. Dom75 dit :

    Bonjour,\n5.800 euros le coût annuel d’une voiture???\nVous pourriez détailler? :-)

  2. Dom75 dit :

    Bonjour,\n5.800 euros le coût annuel d’une voiture???\nVous pourriez détailler? :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.