L’acquistion difficile d’un bien immobilier

Posséder un bien Immobilier, est devenu très difficile en ce début d’année. Le secteur immobilier connaît une période faste dont la durée ne cesse de surprendre : les prix de l’immobilier sont au plus haut. Quelles sont les raisons de cette hausse de prix qui ralentissent le pouvoir d’achat des consommateurs sur ce marché ?

nnn

Plusieurs éléments contribuent depuis quelques temps à rendre difficile l’accès à la propriété. Acheter un bien immobilier devient difficile voir impossible pour de nombreux ménages français.

n

De plus, la crise financière des « subprimes »  inquiète les futurs acquéreurs qui abandonnent momentanément leur projet d’acquisition de bien immobilier. Tandis que la hausse des prix de l’immobilier de ces dernières années a, quant à elle, obligée de nombreux français à revoir à la baisse leurs prétentions.

n

Les projets immobiliers sont souvent abandonner en en raison de l’impossibilité de trouver un bien immobilier correspondant au budget des francais soit en raison de la hausse régulière des taux des crédits immobiliers : certains futurs emprunteurs préfèrent attendre des jours plus favorables, et enfin en raison d’un apport personnel devenu quasiment indispensable…

n

La capacité d’achat des ménages a bel et bien diminué et il est devenu impossible de se financer à 100% ou 110% comme c’était le cas il y a encore peu de temps. Un ménage pouvait en effet financer intégralement son acquisition, frais de notaire inclus.

n

Aujourd’hui le même ménage doit présenter un excellent dossier pour acquérir un bien immobilier : bonne situation professionnelle, capacité d’épargne, bonne gestion du budget… et ne peut cependant prétendre à un financement à 110% ni même à 100%.

n

Les banques sont donc devenues plus prudentes, plus sélectives, sur un marché incertain. Elles doivent néanmoins continuer à faire de la production en favorisant notamment les dossiers des candidats à l’emprunt ayant un bon profil.

n

Par ailleurs, la solvabilité des ménages ne s’est pas dégradée autant qu’on le dit. Certes, les crédits bancaires se sont envolés ces dernières années. Depuis 1999, le montant des nouveaux emprunts immobiliers a triplé, pour atteindre près de 120 milliards d’euros. Mais la croissance de l’endettement net des ménages, qui tient compte du remboursement des crédits immobiliers, est restée modérée. D’autre part, les ménages ont profité du rendement de leurs placements financiers. Les banques n’ont pas vraiment de raisons de s’inquiéter de la solvabilité des ménages. Celle-ci est d’ailleurs renforcée grâce à deux phénomènes nouveaux : le transfert d’épargne entre les générations, qui a joué de manière assez nette au dernier trimestre 2005, et l’arrivée à maturité de l’emploi féminin qui procure aux ménages des ressources supplémentaires. Dernier élément favorable du point de vue des banques : la volatilité de l’emploi a baissé ces dernières années, en raison de la tertiarisation de l’économie et de l’externalisation, par les entreprises, des activités les plus exposées à la concurrence.

n

Pour trouver un crédit immoblier au bon taux cliquez ici

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.