Logement social outre-mer : gros plan sur l’investissement Jego

Il y avait la défiscalisation Girardin, il y a maintenant la défiscalisation Jego. La première concernait surtout les résidences privées à vocation touristique ou plaisancière. La seconde touchera principalement l’immobilier social. En investissant de l’argent dans des HLM en outre-mer, il sera donc possible d’économiser (substantiellement) sur sa facture d’impôt.nnC’est relativement simple, tout investissement dans un logement social aux DOM-TOM sera désormais déductible à hauteur de 50 %. Cependant, afin que l’investisseur métropolitain ne bénéficie pas tout seul de cette déduction fiscale, il doit en retourner 65 % à terme à l’opérateur de logement social (en général un office d’HLM) qui assure la gestion de sa propriété. Ainsi, pour 100 000 euros dépensés dans l’achat d’un bien immobilier, c’est 50 000 euros qui seront déduits de ses impôts. Ce dernier devra ensuite reverser 65 % des 50 000 euros d’allègements fiscaux reçus, soit 32 500 euros, à l’office d’HLM.nnVu comme ça, le dispositif semble perdre beaucoup de son intérêt… Grossière erreur ! Dans le cas de figure précédent, ce sont bien 50 000 euros qui seront déduits des impôts à payer par l’investisseur, qui continue pour sa part de percevoir des loyers durant toute la durée de l’opération (5 ans minimum). Il est d’ailleurs possible pour l’office HLM de prélever directement sur les loyers la quote-part qui lui est due sur les largesses fiscales accordées par l’État, mais c’est rare. La plupart des investisseurs préfèrent en effet s’acquitter tout de suite de cette rétrocession et contracter un emprunt pour financer la somme restante.nnPour 100 000 euros investis, le contribuable métropolitain n’en avance finalement que 32 500, finance les 67 500 restants au moyen d’un prêt et bénéficie tout de même de 50 000 euros d’allègements. Le bilan comptable est pour lui plus que satisfaisant. L’un dans l’autre, l’investissement Jego lui aura permis d’économiser sur ses impôts et de gagner de l’argent grâce aux loyers, qui assurent aussi le remboursement du crédit. Et tout cela avec une mise de départ somme toute minime par rapport aux gains finaux.nnDe plus, il s’agit d’une opération sans grands risques puisque la demande en logements sociaux est très forte dans les DOM-TOM. En outre, les taux des crédits immobiliers sont à leur plus bas depuis plusieurs années. On l’aura compris, la loi Jego s’adresse principalement aux contribuables qui ont de l’argent, beaucoup d’argent. Les assujettis à l’ISF savent ce qu’il leur reste à faire…

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Khadidiatou Diallo

Chef de Produit pour Kredity.com, je vous informe sur l'actualité du Crédit et je vous donne tous les bons plans du marché. N'hésitez pas, posez vos questions ou commentez mes articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.