Le baromètre des prix de l’immobilier neuf en France.

Qu’on se le dise, le marché du neuf, et de l’immobilier en général, est loin, très loin du bout du tunnel. Pour preuve des prix encore en recul ce mois-ci : – 1,9 % sur les appartements neufs avec un mètre carré à 3 369 euros et – 5,5 % pour les maisons avec une valeur unitaire avoisinant les 247 400 euros. Sans surprise, ce sont les plus grands logements qui paient le plus lourd tribut à la crise avec respectivement – 2,4 % et – 4,4 % sur les trois et quatre pièces. Toujours à cause de la morosité ambiante, les studios sont de plus en plus recherchés et gagnent 2,3 %. Les deux pièces limitent quant à eux la casse sans enregistrer de variation majeure tant à la hausse qu’à la baisse.nnCes chiffres sont tirés d’un rapport du service des statistiques du secrétariat d’État au logement. Ce dernier révèle qu’étonnamment, même si les prix reculent, le nombre de transactions lui est en accroissement. Ce sont grosso modo 2 500 logements neufs de plus qui ont été vendus lors du second trimestre, pour un total d’environ 25 000. Ça peut sembler peu, mais sans divers dispositifs fiscaux comme la Loi Scellier, les résultats seraient encore plus mitigés.nnAu niveau des prix, pour les appartements neufs, le rapport laisse apparaître de grandes disparités, avec des régions en progression tandis que d’autres boivent réellement le bouillon… ou la bouillabaisse ! La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est en effet celle qui perd le plus avec – 11,87 % sur le mètre carré. Pas étonnant, c’est là qu’il est le plus cher à (3 816 euros) en dehors de l’Île-de-France (4 526 euros). Sa dauphine (Champagne Ardenne) fait déjà moitié mieux avec – 6,95 % et un mètre carré avoisinant les 2 700 euros. Du côté des gagnants, la première place revient à la Basse-Normandie (+ 6,64 %), talonnée de près par la Franche-Comté (+ 5, 51 %) et le Limousin (+ 4,37 %). Il faut noter pour les appartements neufs qu’une amorce de lissage des prix avec plus d’une dizaine de régions sur vingt-deux où le mètre carré dépasse la barre des 3 000 euros.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.
  1. durand dit :

    Je pense que pour ce qui est de la stabilité, voire de la progression des prix sur les petites surfaces, elle est en grande partie liée à la demande des investisseurs, revenus massivement en 2009 grâce au dispositif Scellier et qui recherche ce type de surface. Enfin, il n’est pas improbable que l’ensemble de prix remontent assez rapidement dans la mesure ou il y a un risque de pénurie de stocks disponibles en 2010 du fait du recul marqué des mises en chantiers en 2009.

  2. durand dit :

    Je pense que pour ce qui est de la stabilité, voire de la progression des prix sur les petites surfaces, elle est en grande partie liée à la demande des investisseurs, revenus massivement en 2009 grâce au dispositif Scellier et qui recherche ce type de surface. Enfin, il n’est pas improbable que l’ensemble de prix remontent assez rapidement dans la mesure ou il y a un risque de pénurie de stocks disponibles en 2010 du fait du recul marqué des mises en chantiers en 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.