Le crédit immobilier devrait finalement reprendre des couleurs en 2009.

C’est un grand ouf de soulagement que lancent en ce moment les banques. Le crédit immobilier redémarre et finalement le cru 2009 ne devrait pas être si mauvais que ça. La production totale est estimée à 100 milliards d’euros soit tout de même 40 milliards de moins qu’en 2008. Pas de quoi se lamenter néanmoins pour les banquiers.nnIls ont déjà plusieurs motifs de satisfaction. Tout d’abord le début d’année présageait d’une véritable hécatombe, avec un recul de 50 % de la production sur les premiers mois. Heureusement, petit à petit, et sans aucun doute à mesure que les taux des crédits immobiliers chutaient, la conjoncture s’est progressivement améliorée. Du côté de la BNP, certains analystes se laisseraient même tentés par un scénario qui verrait 2009 égaler 2008 à l’issue d’un retournement de situation digne des meilleurs thrillers. D’autres préfèrent rester plus raisonnables. Le Crédit Foncier anticipe ainsi un recul global de 25 % du marché, ce qui se traduirait par une chute de 10 % de son volume.nnDifficile cependant de ne pas être ouvertement optimiste surtout dans la mesure où ce redémarrage tombe pile au milieu d’une baisse historique des prix dans l’immobilier. Inutile de trop se féliciter par contre, crise oblige, les ménages doivent recourir à plus de crédits pour financer leur acquisition, en moyenne 1,8 contre 1,5 selon des estimations. Pour maintenir le cap, les banques ont donc fait le dos rond et consenti pas mal d’efforts aux foyers français. Ainsi, les taux de base démarrent pour du fixe à 3,75 % et il est même possible d’obtenir 2,5 % pour du variable.nnLes dispositifs facilitateurs instaurés par le gouvernement ne sont pas non plus étrangers au redressement du marché. Le doublement du PTZ a par exemple contribué à permettre à bon nombre de « primo-accédants » (généralement des ménages modestes) de devenir propriétaires en dépit de la crise. Paradoxalement, malgré un marché de l’immobilier en pleine déconfiture, les prêts-relais, destinés à financer les transactions d’achat revente, sont également en augmentation après avoir vu leur volume réduit des deux tiers en 2008. Dans la conjoncture qui prévaut en ce moment, l’opération reste cependant assez risquée.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Khadidiatou Diallo

Chef de Produit pour Kredity.com, je vous informe sur l'actualité du Crédit et je vous donne tous les bons plans du marché. N'hésitez pas, posez vos questions ou commentez mes articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.