L’État se lance dans la vente immobilière

Les particuliers et les entreprises ne restent plus les seuls opérateurs œuvrant dans le domaine de l’immobilier. En effet, l’État va entrer en scène en procédant à une cession de plusieurs terrains et autres biens immobiliers lui appartenant. Contrairement aux autres offres, celle de l’État semble à l’abri des concurrences. Malgré les faibles reprises des ventes dans le domaine de l’immobilier, la cession de ces biens immobiliers ne risque pas de traîner.rnrnCession des biens immobiliers de l’État, un projet titanesquernrnL’État surprend le public en annonçant la mise en œuvre d’un plan de cession de certains de ses biens immobiliers. Ce programme d’envergure sans pareil durera environ 4 ans pendant lequel l’État prévoit la cession de 1700 biens immobiliers. Selon les informations émises, l’essentiel de cette cession s’effectuera au niveau régional. Pour plus de renseignements, les intéressés peuvent consulter le site du ministère du Budget en lisant la page concernant les prochaines ventes immobilières de l’État.rnrnSur cette page figure la liste des 1700 biens immobiliers concernée par ce plan de cession. Même si la cession immobilière apparaît comme une action courante lors des réformes de l’État, jamais un tel projet ne s’est étalé sur une très longue période. A priori, le projet ne s’adresse pas particulièrement aux simples citoyens, mais vise plutôt d’autres acquéreurs de haut niveau comme les collectivités locales ou encore les grands investisseurs immobiliers.rnrnUn plan innovantrnrnLe lancement de cette cession cadre avec une réforme organisationnelle de l’État. Outre le changement de certaines cartes (militaire et judiciaire), celle-ci provient également de la fusion de certaines entités ainsi que du regroupement de certaines directions au niveau départemental. Ce système a pu offrir un gain d’environ 500 000 m2 d’espace. D’autres biens immobiliers sont à prévoir grâce à la réduction à 12 m2 de l’espace occupé par chaque fonctionnaire. Pour le moment, un agent de l’État occupe encore jusqu’à 20m2 dans les régions et environ 15m2 à Paris.rnrnPlusieurs immeubles de prestiges seront liquidés lors de cette cession. Pour les opérateurs touristiques, les anciennes habitations forestières de l’ONF constituent un bon investissement. À part cela, d’autres immeubles hauts de gamme comme des châteaux ou encore des anciennes demeures du XVIIIe siècle figureront parmi les biens immobiliers prochainement mis en vente. À Paris, le projet compte faire la cession du ministère de la Défense situé à Tour-Maubourg ainsi que de l’immeuble constituant le siège de la Francophonie bâti sur la rue de Bourgogne.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.