Vers une nouvelle figure des aides à la propriété

Rendre l’accession à la propriété facile, telle est l’une des préoccupations des gouvernements successifs depuis une décennie. Cependant, malgré les promesses des différentes mesures appliquées, l’objectif fixé n’est nullement atteint. Pour pallier le problème, un recentrage des aides à la propriété actuelle pourrait intervenir.nnRecentrage des aides à la propriété, un projet économiquennLes anciens dispositifs pour l’accession à la propriété ont certes fait des heureux, cependant leur coût a pesé lourdement à la caisse de l’État. Outre ce fait, les classes sociales visées par les mesures n’ont pas pu vraiment en tirer profit. Pour le gouvernement, la situation a déjà trop duré nécessitant ainsi un recentrage en urgence des aides à l’accession à la propriété.nnCrédit d’impôt sur les intérêts, plan épargne logement, PTZ… tous ces dispositifs sont destinés à alléger le coût de l’accession à la nouvelle propriété. Malgré un résultat décevant, ils ont nécessité le prélèvement annuel d’environ 7 milliards d’euros des caisses de l’État. Le recentrage des aides à l’accession à la propriété vise à réduire cette dépense faramineuse d’une façon substantielle. Pour le moment, le taux officieux de cette réduction de dépense est environ de 10%.nnCe qui change avec ce recentrage des aides à la propriéténnAvec la mise en œuvre du recentrage des aides à l’accession à la propriété, le crédit d’impôt sur les intérêts disparaîtra du marché. Selon le gouvernement, cette forme de déduction fiscale ne facilite pas l’accession à la propriété, mais permet tout simplement d’augmenter le pouvoir d’achat du souscripteur. Pour cette forme d’aide à la propriété, le recentrage se fera tout d’abord au niveau des bénéficiaires. Si auparavant tout le monde peut faire leur souscription au crédit d’impôt, le nouveau dispositif s’adresse uniquement aux primo-accédants. Le crédit obtenu est également modifié et s’apparentera à un PTZ entrant dans l’évaluation de l’apport personnel.nD’autre part, beaucoup se demandent si le gouvernement va fusionner ce PTZ remplaçant le crédit d’impôt avec le PTZ actuel. Si tel est le cas, quels sont les critères qui vont changer au niveau de son octroi, de ses modes de souscription et de son plafonnement. Dans tous les cas, pour ce recentrage, Benoist Apparu déclare qu’un PTZ à taux plus élevé est envisagé pour ceux qui investissent dans des logements dotés d’une performance énergétique élevée. Le cas du dispositif Pass foncier n’est pas évoqué, mais mieux vaut en profiter tout de suite avant que son heure n’arrive.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.