Comment optimiser la réforme des aides aux logements ?

Selon Christine Lagarde, ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, les aides à l’accession à la propriété constituent l’une des dépenses les plus importantes de l’État. Malgré leur coût énorme, elles n’ont montré jusqu’à présent qu’un résultat plutôt décevant quant à la simplification de l’accès au logement. Sur ce sujet, les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque le nombre des propriétaires reste encore très peu élevé en France par rapport à la moyenne européenne. Face à cette triste réalité, le gouvernement décide de prendre le taureau par les cornes en optant pour un véritable remaniement concernant les aides relatives à l’accession à la propriété.nnDes aides vont disparaître au profit d’autres plus performantesnnLe gouvernement ne lésine pas sur les moyens afin de réduire ses charges liées aux aides à l’accession à la propriété. L’objectif étant d’arriver à un seul dispositif pouvant vraiment aider les futurs propriétaires tout en permettant à l’État d’économiser. Après la suppression prévue des impôts sur les intérêts d’emprunt, le Pass-Foncier et le PTZ sous condition de ressources, les autres mesures vont disparaître pour faire place au PTZ universel. Cette aide au logement destinée aux primo-accédants s’adressera particulièrement aux foyers ayant un revenu faible ou moyen, à ceux qui veulent investir dans le neuf et aux nouvelles acquisitions immobilières dans la zone A. Cela n’exclut toutefois pas les achats dans l’ancien ni celui effectué dans les autres zones géographiques.nnAides aux logements, les avantagesnnAvec l’application de cette réforme sur l’accession à la propriété, les 2,8 milliards d’euros dépensés annuellement pour les aides aux logements passeront à 2,6 milliards par an au maximum. D’autre part, les crédits d’impôt n’ont jamais été considérés par les établissements financiers comme étant un apport personnel de l’emprunteur. La nouvelle formule du PTZ fera partie intégrante de la participation des ménages et permettra d’accroître sa solvabilité auprès des banques. Grâce à ce mécanisme simplifié, les aides octroyées par l’État se montreraient plus efficaces. Parallèlement, Christine Lagarde affirme que la mise en place d’un contrôle systématique contribue également à la lutte contre les fraudes à l’origine des dérapages. Une précaution gagnante qui pourrait pallier une partie du déficit public !

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.