Comment tirer des revenus d’un bien immobilier : le vendre en viager ou contracter un prêt viager hypothécaire ?

La récession économique et financière à laquelle de nombreux pays font face a pour origine une crise de l’immobilier. Ce marasme persiste jusqu’à présent et se caractérise par une chute des cours de l’immobilier. Les particuliers qui envisagent de céder leurs biens devront donc les proposer à un prix en dessous de leur valeur réelle. Autrement, il leur sera difficile de trouver preneur. Deux solutions se présentent aux propriétaires qui souhaitent tirer un minimum de profit. Ils peuvent se tourner vers la vente en viager ou s’engager dans un prêt viager hypothécaire.

n

La vente en viager

n

Les propriétaires peuvent opter pour une transaction en viager. Ils deviendront ainsi un crédirentier, envers qui le débirentier, c’est-à-dire l’acheteur, s’engage à verser des arrérages. Dans ce type de contrat, le calcul de la rente peut poser problème. Les vendeurs réclament souvent une somme qui excède la valeur du bien. En outre, le nombre d’années durant lequel le débiteur doit verser le viager ainsi que la date à partir de laquelle il pourra disposer du bien, ne peuvent être déterminés. Ces paramètres dépendent d’un aléa, qui est le décès du crédirentier. Par conséquent, les acheteurs hésitent à s’engager dans ce type de vente. Les statistiques démontrent cette tendance. Actuellement, environ 12.000 foyers français sont à la recherche d’un acquéreur en viager. Cependant, seules 5.000 transactions immobilières s’effectuent tous les ans suivant cette formule.

n

Souscrire un prêt hypothécaire

n

De nombreux particuliers sont aujourd’hui contraints de céder leur logement pour assainir leur situation financière. S’ils ne souhaitent pas se défaire de leurs biens, ils peuvent recourir au prêt viager hypothécaire. Ceux qui souscrivent à cette offre demeurent propriétaires du logement. Le remboursement du capital et des intérêts rattachés n’intervient qu’après le décès de l’emprunteur. Ses ayants droit, qui ont recueilli son patrimoine, en auront la charge. Ces légataires devront ainsi, soit rembourser l’établissement prêteur et conserver le bien, soit le céder pour liquider la dette. En ce moment, seul l’organisme Crédit foncier propose cette formule aux particuliers.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Khadidiatou Diallo

Chef de Produit pour Kredity.com, je vous informe sur l'actualité du Crédit et je vous donne tous les bons plans du marché. N'hésitez pas, posez vos questions ou commentez mes articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.