Le prix de l’immobilier toujours en hausse pour 2011

Le secteur de l’immobilier ne connaîtra pas de meilleur jour cette année en termes de prix. En effet, une hausse de 3 à 10 % se profile à l’horizon selon chaque secteur. Si 2010 a déjà souffert d’une hausse progressive se traduisant par une flambée des prix vers la fin de l’année, 2011 sera encore plus affectée. Les villes les plus sensibles sont bien sûr Paris intramuros et les grandes villes de Province comme Nantes, Lyon, Montpellier ou Bordeaux.rn

Immobilier : de l’ombre au tableau dès le premier trimestre

rn

La hausse du prix de l’immobilier se fera déjà sentir dès ce premier trimestre 2011. La capitale remporte le pompon avec plus de 8 000 euros/m2. Elle ne sera cependant pas la seule à briller par cette hausse vertigineuse du prix puisque d’autres villes comme Rennes et Bordeaux sont en phase de l’imiter. À Rennes, les appartements ne cessent de devenir de plus en plus chers et enregistrent une augmentation de prix gravitant autour de 15 % en l’espace d’une année. Lyon et Nantes les suivent de près en affichant une hausse de 5 à 10 %. Dans certaines villes comme Toulouse et Lille, le prix demeure plus stable et la hausse pourrait stagner aux alentours de 5 %.

rnrn

Immobilier : une baisse des ventes en vue ?

rn

Il est clair que cette hausse continue du prix de l’immobilier risque de constituer un frein à la vente. Plusieurs autres facteurs pourront également intervenir et perturber le secteur de l’immobilier. La hausse des taux d’intérêt amorcée depuis peu, l’approche de la prochaine élection présidentielle ainsi que les réformes apportées à la fiscalité du patrimoine sont autant de paramètres qui peuvent agir sur la stabilité de ce secteur, voir le fragiliser. Le volume de vente enregistré cette année pourra donc être moins important que celui de 2010 même si les marchés régionaux maintiennent le cap sur une hausse plus modérée.

rnrn

Hausse de l’immobilier : les secteurs les plus dynamiques

rnMalgré la hausse, il est encore difficile de pronostiquer sur l’avenir du secteur immobilier. Le fait que le marché actuel ait perdu son homogénéité ne permet pas de pousser l’analyse plus loin sans risquer d’aboutir à des erreurs de prévision. Cependant, les notaires pensent que certains secteurs comme Paris intramuros et les grandes villes comme Montpellier, Nantes, Bordeaux ou Lyon sont exposées à une hausse qui pourrait dépasser les 10 %. La Grande et la Petite Couronne quant à elles ne manquent pas de dynamisme sans toutefois dépasser une augmentation de 10 %.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Khadidiatou Diallo

Chef de Produit pour Kredity.com, je vous informe sur l'actualité du Crédit et je vous donne tous les bons plans du marché. N'hésitez pas, posez vos questions ou commentez mes articles !
  1. Justin dit :

    Faut-il s’attendre à une nouvelle hausse des prix dans des villes comme Montpellier, alors que les revenus y sont bas ? Il semble qu’il y ait dans ce secteur une très forte densité de nouvelles constructions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.