Secteur immobilier : Paris et le prêt à taux zéro ne font pas bon ménage

Le PTZ+ n'a pas convaincu les FranciliensEn termes de taux d’intérêt des prêts immobiliers, les Franciliens sont plus avantagés par rapport à d’autres régions, spécialement sur les crédits à long terme (20 ans). Sur ce type de prêt, l’endettement est rare étant donné que les emprunteurs franciliens ont un niveau de revenus moyen assez élevé. Du coup, ce segment du marché est très disputé par les banques et on le voit à travers les barèmes proposés. Néanmoins, Paris est devancée par Nantes, Lille et Marseille en termes de taux de crédit.rnrnAvec la hausse des prix en général, la demande a connu une baisse de 10 % chez certains courtiers au premier trimestre, malgré une hausse de 0,30 point des taux sur cette même période. Quoi qu’il en soit, les notaires ont également noté une tendance à la baisse (-8 %) au niveau des transactions. Par ailleurs, il a également été constaté, à l’issue du premier trimestre, que de plus en plus de demandes concernent la périphérie plutôt que Paris centre (47 % seulement). Ce qui semble aussi être le cas dans les autres grandes villes, étant donné la hausse des prix, mais pas dans les mêmes proportions que la région francilienne cependant.rnrnPour le second semestre, il est prévu une hausse des taux (qui passeront à environ 4,50 %) surtout sur les crédits à long terme (20 ans). Cette augmentation risque fort de se répercuter sur le montant total du crédit immobilier, surtout à Paris et en Île-de-France, ce qui obligera les courtiers à rechercher tous les moyens possibles pour alléger les emprunteurs.rnrnEn ce qui concerne la solvabilité du prêt à taux zéro, la plupart des analystes s’accordent pour évoquer une réussite du point de vue volume puisque plus de 50 % des dossiers sont concernés (34 % en 2010). Par contre, le bilan est plus ou moins négatif concernant les montants des crédits, compte tenu de l’envolée des prix de vente ces derniers mois, surtout à Paris. En guise d’illustration, pour une acquisition d’une valeur de 550 000 euros, le PTZ+ est à 32 950 euros, et si l’on n’y inclut pas les biens neufs il arrive à 21 000 euros. Pourtant, cette somme est trop basse si l’on considère la valeur du bien immobilier. Ainsi, il est difficile d’affirmer que le PTZ+ favorise l’accession à la propriété, spécialement à Paris, mais aussi dans les autres grandes villes.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Khadidiatou Diallo

Chef de Produit pour Kredity.com, je vous informe sur l'actualité du Crédit et je vous donne tous les bons plans du marché. N'hésitez pas, posez vos questions ou commentez mes articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.