Credit consommation : Un ralentissement se confirme

Suite au bilan de l’Association des maisons financières, Moneyblog fait le point sur le marché du crédit consommation. Nous constatatons une légère progression du crédit à la consommation de 3,6% l’an dernier. Cetelem en plein développement international a vu son résultat avant impôt baissé de 2% pour cause de gros investissements faits dans les pays émergents et la montée du coût du risque en Espagne.

nnn

Selon les chiffres des sociétés financières, la production du crédit à la consommation n’a progressé que de 3,6% l’an dernier sur le marché français. Bien loin, de la belle croissance de 9% enregistrée en 2005. On enregistre 44,74 milliards d’euros pour les prêts faits aux particuliers par les établissements spécialisés (Cetelem, Sofinco, Finaref, etc.)

n

Le ralentissement est dû d’une part au manque de dynamisme du marché de l’automobile au 1er semestre 2007 : les crédits affectés ont baissé de 1,3% l’année dernière à 11,4 milliards. Malgré ce ralentissement du secteur de l’automobile : -5,5% pour le secteur du neuf et 4,3% pour l’occasion, les financements des biens d’équipements des foyers progressent de 3,9% soit 3,6 milliards d’euros.

n

La morosité s’affirme pour les crédits renouvelables après une croissance stoppée pour se stabiliser en 2007 à 17,3 milliards. Nonobstant sa présence de 39% du total, ce genre de prêt s’est endurci en faveur des prêts personnels en plein croissance en trois années de suite +11% en 2007 à 12,9 milliards d’euros. Par ailleurs, cela est dû au rachat de crédit.

n

Cetelem, leader européen du crédit consommation et filiale du groupe BNP Paribas, l’année 2007 s’est avérée enrichissante pour son activité : une hausse de 17,4 %, à 62,6 milliards d’euros, tirés par Laser Cofinoga (+ 12 %, à 9 milliards d’euros), l’international (+ 20 %, à 27 milliards d’euros) et par les partenariats et les encours de la maison mère (+ 41,5 %, à 9 milliards d’euros). Son bénéfice avant impôt a reculé de 2 %, à 719 millions d’euros. Cela s’explique par les investissements réalisés dans les pays émergents (Russie, Brésil, Bulgarie, etc.) et la montée du coût du risque (180 millions d’euros de plus l’an dernier) en Espagne.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Mr Moneyblog

Passionné par le monde de la Banque et plus largement celui du Crédit, je vous informe régulièrement de l'actualité, des bons plans pour optimiser vos Finances Personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.