Découvrez les crédits « vert » pour vos travaux

Bonne nouvelle pour les ménages désireux de réduire leur facture d’énergie. Avec les prêts à taux zéro, l’État s’engage à accorder des crédits pour financer jusqu’à 400 000 rénovations thermiques lourdes par an dès 2013, dans le cadre de sa politique de réduction de la facture énergétique de la France. Malheureusement, le lancement de ce produit initialement prévu pour le 1er avril dans la plupart des banques est pour le moment reporté d’au moins un mois.rnrnrnrnL’objectif affiché du ministre de l’Écologie Jean Louis Borloo est de réduire de près de 40 % la consommation nationale d’énergie à l’horizon 2020. Annoncées depuis l’année dernière, ces dispositions auraient dû prendre effet dès ce 1er avril et, bien que le texte soit selon toute vraisemblance dans sa forme définitive, il n’a pas pu techniquement être mis en vigueur à la date prévue. Selon la Fédération Française des Banques, le nouveau lancement est prévu au 1er mai 2009.rnrnPour pallier les retards accumulés, le gouvernement a déjà prévu que le texte serait accompagné d’un décret d’application rétroactive afin que les travaux éligibles entrepris au 1er mars 2009 puissent aussi bénéficier du crédit à taux zéro. Dans ses dispositions actuelles, le projet donne droit à un montant maximal de financement de l’ordre de 30 000 euros. Attention cependant, il ne s’agit pas d’une nouvelle poule aux œufs d’or ! Les réfections doivent tout d’abord répondre à une optique d’économie énergétique et faire en outre partie d’une des six catégories stipulées dans la loi. Ces travaux devront également recevoir l’aval d’artisans spécialistes ou d’experts qui détermineront les solutions les plus efficientes. Ce n’est qu’en remplissant toutes ces formalités que l’« éco-PTZ » pourra être accordé.rnrnPour rendre le dispositif réellement incitatif, il sera possible de le coupler au crédit d’impôt développement durable dont le montant peut aller jusqu’à 8 000 euros par personne soit 16 000 euros pour un couple. Il est toutefois nécessaire que la demande de prêt à taux zéro soit accordée avant la fin d’année 2010 et que le revenu fiscal du foyer du demandeur n’excède pas 45 000 euros.rnrnAu final, tout le monde devrait trouver son compte dans cette mesure, des banques qui en profiteront sûrement pour placer quelques produits annexes en passant par les particuliers, évidemment premiers bénéficiaires. Seules les finances étatiques devraient en pâtir et encore les coûts impliqués devraient largement être rattrapés par les économies réalisées sur le moyen terme.rnrnEt si l’« éco-PTZ » était en réalité la mesure choc que tout le monde attend depuis si longtemps ?

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.