Crédit score en France

credit_scoreDe plus en plus de banques françaises souhaitent avoir recours au « crédit score » à la suite de la crise du surendettement des ménages américainsnLe « crédit score » consiste à créer un profil numérique, ou fichier positif, de l’endettement de chaque nouveau demandeur de crédit. Ce profil serait disponible au sein d’une base de données pour les banques et tous les établissements de crédit.nnnnEn France, ce sont surtout leurs équivalents négatifs qui prévalent. Ils recensent tous les clients qui ont rencontré un problème de remboursement de prêt.nnLe débat sur l’adoption d’un système de fichiers positifs existe depuis longtemps avec bien sûr les deux clans bien distincts du contre et du pour.nnLes partisans du refus de la création d’une telle base de données avancent premièrement des questions de respect de la vie privée à l’instar de celles soulevées par Facebook ou Google.nnUne telle base serait en effet utilisée comme un outil marketing par les banques et leur servirait à cibler principalement les clients qui présentent le moins de risques.nnLes plus alarmistes prédisent aussi avec de telles mesures la naissance d’un grand « Big Brother » qui saurait tout sur tout le monde.nnLe principal argument des acteurs favorables à la création de fichiers positifs est que le recensement clair de l’ensemble des crédits en cours d’une personne est déjà un excellent outil de contrôle.nnCet historique se ferait dans une optique de prévention du surendettement, dont les chiffres (90 000 dossiers en 1990 contre plus de 182 000 en 2007) ont doublé en un peu moins de 20 ans.nnLa traçabilité des crédits induit aussi une plus grande responsabilisation des banques.nnIl semble que là encore l’issue la plus proche soit l’élaboration d’une solution « à la française » sorte de fusion des deux concepts.nnCe ne devrait pas être trop difficile puisque tout le monde sait que si la France n’a pas de pétrole, elle a par contre des idées.

Vous avez aimé cet article ? Faites le savoir !

Jean Julien

Blogueur spécialisé dans les Finances Personnelles pour Optissima.com, je vous informe sur l'actualité de la Banque et du Crédit. N'hésitez pas à laisser un commentaire pour donner votre avis ou poser vos questions !
  1. Francoise Fondadouze dit :

    La loi Lagarde a créé un comité chargé de « préfigurer » le futur fichier positif des crédits made in France et le baptisant avec une belle langue de bois « répertoire national des crédits aux particilers ».\n\n« Positif » pour qui ce fichier ? Sans nul doute pour les banques qui lappellent de leurs vœux le « credit score ». Un tel répertoire constituera une manne pour les rachat de crédits et un formidable outil de prospection des « peu ou pas endettés ». Des associations de consommateurs aux établissements de crédits en passant par les syndicats et les partis politiques, tout le monde est divisé hors des clivages habituels. La Cnil, le gardien des libertés individuelles n’y est pas favorable.\n\nAlors, avant de donner ce jouet supplémentaire à Big Brother, prenons le temps de nous poser les bonnes questions et de rechercher des réponses objectives en examinant de très près les résultats obtenus dans les pays qui ont institué une centrale positive.\n\nCensé être un outil de lutte contre le surendettement, quantifions ses effets sur la portion congrue de ce dernier lié à un excès de crédits ( il va de soi que ce fichier sera inopérant contre les baisses de revenus consécutives à un accident de vie, par exemple ) qui sont la cause de la très grande majorité des situations de surendettement.\n\n2% seulement des crédits distribués font l’objet d’incidents de paiement.\n\nInterrogeons-nous sur les conséquences de la mise en place d’un tel fichier sur la distribution du crédit. Selon les revenus -qui évoluent au cours de la vie dans un sens et dans l’autre- l’endettement et, surtout, le taux d’effort, n’ont pas la même valeur …\n\nSachant que tout fichier a vocation à :\n\n- métastaser, comment s’assurer que celui-ci se maintiendra dans ses limites initiales ?\n\n- fusionner, comment s’assurer qu’il ne sera pas recoupé avec d’autres ?\n\nDe même, l’étanchéité des fichiers étant relative et opportuniste, qui bénéficiera de ses informations à son lancement et … plus tard ?\n\nEnfin, un tel fichier coûte très cher à créer (40 à 50 milliards d’euros) et à maintenir. Qui paiera ?\n\nJe vous invite à lire les articles que j’ai publiés sur le sujet sur mon blog : http://rachatcredit.blog.capital.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.